Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2014

La nostalgie

Cher Gr()f,

C'est sympa de googueuliser les vieux potes. Tu pourrais ajouter que la BO était La Vierge au Dodge 51, qu'on avait des ampoules aux pieds, que des histoires de gonzesses se profilaient, qu'il était impossible qu'on ne devienne pas des rock-stars, qu'un type nous avait dit que la musique passait avec les boutons, qu'on était nés à la fête de la châtaigne de Saint-Pal-de-Mons, que nos dieux tutélaires s'appelaient Christian de la BAM et Bonne Répé, et que, malgré le fait qu'on n'était que des petits cons qui faisaient du rock, on savait déjà que notre pire ennemi était la flemme.

La preuve, on était le seul groupe du 4-2 à ne pas amener de bière à la salle de répète.

De cette époque, je garde une impression générale de sérieux, de foi et d'acharnement qui me fait dire que, malgré tout, on n'a pas complètement planté nos quinze ans.

Bien sûr, Bercy était pas prêt à nous ouvrir les bras à hauteur de nos prétentions.

Moi, j'ai mis des années à m'en remettre. Il a fallu des années de gratte désaccordée dans des bars miteux et une jolie collection de refus d'éditeur avant d'accepter. Et puis, j'ai découvert la poésie contemporaine et les performances pour retrouver les sensations qu'on avait quand on enflammait la scène de la salle des fêtes du lycée du Mazel (43). C'est très bien comme ça.

On n'est pas tous morts, et c'est déjà pas mal. Il n'y a que deux choses qui me surprennent : d'en être arrivé connement à la nostalgie, et que toi aussi tu aies fini dans la poésie.

En attendant, je vais me remettre au boulot, sinon ce sera Titanic dans les grandes eaux du sentimentalisme.

Et le monde n'a qu'à être comme il est, aussi décevant et antipoétique que possible, que c'est bien, que ça entretient la rage.

 

11/08/2014

L'éclipse de soleil de 1999

(c'était il y a quinze ans tout pile

je me rappelle               il était question qu'un météorite explose le monde une bonne fois pour toutes         ce qui m'arrangeait pas des masses

j'étais encore puceau 

       et qu'une station spatiale russe se crashe sur la Maison Blanche           que des trucs très intéressants en soi mais           mais il y avait plus important

pour un certain nombre de raisons cet été          et ce jour en particulier        ont été déterminants dans ma vie

huit cent kilomètres aller

huit cent kilomètres retour

mon père mon oncle l'autoradio qui fonctionnait quand il voulait

pour un spectacle d'une demi-heure

j'avais quatorze ans     putain de sédentaire       c'était la première fois que je faisais deux mille kilomètres pour quelque chose d'aussi con que les beaux yeux de la lune

à ce jour

il se peut bien que ce soit aussi la dernière)

 

07/08/2014

La vérité sur l'antimatière

Quoi ?

Pourquoi je chante ?

Vous savez pas ?

On vous faisait pas la lecture près du feu ?

On vous a pas lu les classiques tibétains ?

Vous avez pas fait de physique en quatrième, peut-être ?

Vous savez pas que si j'arrête de chanter le monde se résorbera immédiatement en antimatière ?

Quoi ?

Qu'est-ce que vous avez à vous foutre de ma gueule ?

Le monde s'est résorbé ?

C'est l'antimatière ?

Votre gueule de bois est en antimatière ?

Votre petit doigt de pied contre un meuble est en antimatière ?

Est-ce que j'ai arrêté de chanter ?

Alors ?

Qu'est-ce que je disais ?