Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2017

Gratos XIX

j'aime beaucoup mes glaires

elles me permettent à tout moment 

d'exprimer ce que j'ai au fond de moi

j'aime beaucoup mes cigarettes

elles donnent un petit goût à mes glaires

suave et caramélisé

les premiers jours je m'amuse beaucoup

je tripote de petits objets en plastique

je retourne de jolies boîtes en carton blanc

je fais passer des choses variées à travers mon conduit oral

j'inspire, je bloque ma respiration, je me rince la bouche

je surveille les dates.

le poème s'est écrit tout seul entre mes mains -

 

SOLUPRED 20mg Cpr eff F1/20)

Prendre 3 comprimés effervescents le matin, pendant 3 jours

Puis 2 comprimés effervescents le matin, pendant 3 jours

Puis STOP

PARACÉTAMOL * 1G ; VOIE ORALE ; CP (3 boîtes)

Prendre 1 comprimé le matin, le midi et le soir, pendant 6 jours

VENTOLINE 100μg Susp inh F1/200d ; VOIE INHALÉE SUSP P INHAL EN FL PRESS (1 boîte)

Prendre 2 doses le matin le midi et le soir, pendant 15 jours et 2 bouffées en cas de crise de toux (au maximum 16 bouffées par jour)

SERETIDE 250 μg SUSP P INHAL EN FL PRESS (1 boîte)

Prendre 1 dose le matin et le soir, pendant 1 mois bien se rincer la bouche après

ORELOX

...

HÉLICIDINE

...

FLUTICASONE FUROATE

...

 

j'aime beaucoup la Ventoline - l'ai-je dit ? -

elle permet une optimisation de la nicotine malgré la bronchite

donc : glaires

donc : caramel

suavité

 

l'Amour passe à côté de moi

et mon obésité devient toute relative

c'est à dire

mon ventre a dégonflé

je n'étais pas là quand c'est arrivé mais

c'est indéniable :

c'est comme si quelque chose

hors binôme - plateforme - tri - camion - Chérie FM - Arlette et son nouveau brushing - Julien Doré

quelque chose toxique et malveillant 

m'avait tout simplement

quitté 

l'Amour et moi

l'air ambiant est soudain redevenu désiré désirant

cette chose qu'on respire - et on vit

et malgré la jambe gonflée de sang que je traîne

comme un frigo à monter au cinquième étage

suivent

roses et solennels huit jours d'inactivité.

 

ce n'est que peu à peu

que commence l'érosion -

c'est d'abord ma cafetière qui lâche.

ma bonne, ma vieille cafetière programmable

qui me préparait si bien les chantier du matin.

elle gît, inerte, désincarnée

voyant allumé mais traîtreusement sur le lave-vaisselle :

elle donne l'heure

mais qu'ai-je à faire de l'heure.

les premiers temps, bien.

je fais comme si son handicap n'avait aucune importance pour moi

je lui verse l'eau bouillante manuellement dans le filtre

mais bientôt je n'arrive plus à faire comme si tout était normal

et bien que je me haïsse pour ça

je passe au café soluble.

 

très bien, dis-je. c'est comme au camping.

on serait comme en vacances, de roses solennelles vacances impromptues.

mais ensuite

c'est mon téléphone qui lâche.

magnifique, je dis.

qu'ai-je besoin d'amis et de coups de fil ?

l'artiste a besoin de son art.

l'artiste vit avec son outil, le cajole, dort avec,

l'aime et s'il peut en être aimé en retour

que les objets connectés se vérolent que l'air devienne irrespirable

il n'aura pour eux qu'un grand ricanement.

 

bien sûr tout cela se passe entre deux phases de somnolence

dans les remous d'un canapé qui commence grave à perdre sa mousse

j'écris une phrase

je m'assoupis

des rats me grignotent les pieds

mais je fais face

j'y retourne

je m'acharne.

 

ce n'est quand le disque dur de mon ordinateur décide d'en finir 

que je commence à suspecter la vérité.

 

pas d'affolement je me dis.

nous sommes au XXIè siècle la hotline veille.

nous ne sommes plus au temps où les machines

sont de simples objets

sans âme et sans sensibilité

aujourd'hui c'est de vie qu'il s'agit

les grandes entreprises de la bulle informatique ont saisi

l'essence religieuse de la chose

des pleines lamasseries de techniciens en position du lotus

n'attendent que mon coup de fil

pour me porter une assistance

spirituelle.

 

(les trois jours suivants se passent au téléphone. cris d'enfants dans le fond, regard anxieux de l'Amour, qui les fait taire et les emmène au parc.)

 

un jour.

je diagnostique.

deux jours.

je sauve garde.

trois jours.

je reformate.

rien à faire.

la chose est inerte.

la chose est morte.

la chose est minérale.

il fait maintenant trente degrés à l'ombre.

c'est moi

qui pourris.

 

le quatrième jour je tente furieusement d'insérer ma jambe droite dans l'orifice idoine de mon short

quand l'Amour me prend par la main

(il semble que j'ai de la fièvre - mais à ce moment-là

je me vois comme de l'extérieur la feuille tremblante de haut

comme me verrait un aigle avec la dalle

si ce genre de bestioles existait dans le putain de septième arrondissement)

 l'Amour dit tu sais je ne voulais pas le dire comme ça

mais tu commences à ressembler à un clodo

regarde ton short

il y a des trous là et là

regarde tes chaussures

ça fait deux mois que tu marches exclusivement avec ces chaussures de sécurité

PAS MA FAUTE J'EN AI PAS D'AUTRE je dis

exclusivement avec ces chaussures de sécurité défoncées et ternies

C'EST PAS DE LA DÉFONCE C'EST DE LA VIE JE CONNAIS L'ORIGINE DE CHACUNE DE CES ÉRAFLURES TIENS PAR EXEMPLE ÇA C'EST LE TRANSPALETTE QUI M'EST PASSÉ DESSUS LE 23

ces chaussures de sécurité défoncées et ternies qui t'alourdissent et te déforment la démarche elle dit

J'AI DES CHAUSSURES DE SÉCURITÉ CAR J'AI EMBRASSÉ LA SAINTE QUALITÉ DE PROLO

ou de clodo, elle dit

qu'est-ce que Marx disait sur le sous-prolétariat ? 

je t'ai bien regardé tes pieds à dix heures dix

Charlot

c'est Charlot avec moi dans les rues de la vie mais sans la canne

sans le chapeau melon

c'est Charlot, elle dit, T-shirt informe short défoncé

le dos voûté la gueule tordue les jambes dans un angle non prévu par les fabricants

il faut que tu te refasses elle dit

c'est de ton corps qu'il s'agit

tout pourrit.

 

je serais prêt à faire n'importe quoi pour l'Amour

je serais prêt à aller faire des stocks

Decathlon, H&M, C&A

d'une carte bleue tremblante

je traîne ma jambe malade et j'y déploie

d'immaculés pantalons

je fais tout ce qui est en mon pouvoir

mais je mets le doigt dans un engrenage 

et je ne sais où il me conduira

car si je commence par les fringues

si je réanime l'ordinateur

au moyen de quelque cérémonie mystérieuse

pourquoi pas le bilan sanguin

pourquoi pas le dentiste, pour les plombages tombés en 2012

et le podologue - pour le cor, la corne plantée dans mon pied droit 

qui me donne cette démarche si caractéristique

pourquoi pas la literie

OR j'ai appris il y a peu

que mes arrêts-maladie intégrés dans une société libre, sociale, démocratique, aisée

me donnent droit à un délai de carence de

(TROIS JOURS) = 150 balles

IL M'APPARAÎT soudain

qu'après une décennie de recherches

j'ai enfin trouvé LE boulot libre, social, démocratique, aisé,

alliant parfaitement le manque de temps

au manque d'argent.

 

 

 

10/06/2017

Nouvelles du pays

Ma cafetière s'est suicidée.

Mes chaussures se sont suicidées.

Ma casquette a fait une fugue,

mon portable est soudainement devenu bègue et épileptique,

mon ordinateur a fait un AVC en découvrant les tarifs de la SNCF,

entre un roman à boucler pour avant-hier,

et un autre à finir pour après-demain.

Il y a des jours comme ça,

où je suis content de ne pas porter de pacemaker. 

La bise à tous.

 

gr

31/05/2017

Gratos XVIII

 

Un jour, je fais un rêve.

Je marche dans la rue.

Je vais au boulot.

Grands cheveux bruns sur gilet orange à bandes réfléchissantes, pantalon à larges poches comme le mien, sécus, râteau municipal, rue du Lac, une fille se retourne.

Espèce de bâtard dit-elle espèce de lâche c'est pas en restant à faire suer ta viande dans l'urne de ton lit que tu feras barrage à l'extrême droite.

Elle me crache à la gueule.

Un gros mollard bien gras, élastique, roboratif.

Je continue mon chemin.

Un type à tête d'enclume mallette en cuir à la main se retourne à son tour et comme il dit.

Salaud, ordure, planqué, ça te fait rire ? Ça te fait rire de voter pour toujours les mêmes distributeurs automatiques, creusant ainsi creusant encore le lit du fascisme ???

Il me crache à la gueule.

Un mollard mélancolique, en mineur, qui ne manque pas de suavité.

Puis c'est une cycliste en k-way Lafuma, lunettes octogonales à montures violette, timide, à frange et sans gluten.

Et la prostitution ? Qu'est-ce que tu dis de la prostitution ? Et des abattoirs ? Et des passages à tabac ? Et des vitriolages de femmes ?

Elle crache un mollard ambivalent, mi-humide mi-venteux, typique des printemps pourris.



Je me réveille en sursaut.

Je suis en retard je saute dans ma cafetière je fume mes chaussures de sécu je mange mon sac

et j'arrive pour

EN RAISON D'UNE PANNE DE COURANT LA BIBLIOTHÈQUE FERMERA CES PORTES CE JOUR

MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION



C'est Jean-Louis au poste de garde qui m'explique.

Un machin a fait pssshhhit un truc a fait cric et puis tout a claqué.

Les lampes des salles ouvertes au public et les ampoules des distributeurs de boissons.

Là les types de la maintenance sont dessus, Pierrot et Mario, Serge et Jean-Claude.

Enfin Serge et Jean-Claude, regardent.

Mais au service technique, ça fonctionne.

Je peux donc.

J'y vais donc.

Je trie.

Au bout d'un moment, l'oiseau mort d'un détail cogne contre le double-vitrage de ma conscience.

Mon binôme.

Mon binôme n'est pas là.

Enfin mon binôme fut là mais en coup de vent disparut dans le bureau d'Orlando notre chef et ça parle.

Mais son odeur emplit la salle de tri, hésitante,

odeur de bégaiement, odeur de petit rire de nez.



C'est encore Jean-Louis au poste de garde qui m'explique.

Tout à l'heure une femme de ménage noire comme il en existe dans

toutes les institutions culturelles et sociales promouvant le partage et l'intégration a voulu prendre l'ascenseur.



C'est là que ça a fait pssshhhit.



Mon binôme était monté avec elle.

La verte lueur du bouton d'appel d'urgence devait avoir quelque chose de sexuel.

Devait.

Hormonalement.

Pulsionnellement.

Telluriquement.

La pauvre fille a vu soudain fondre sur sa bouche deux lèvres bleues tandis que deux bras noueux enserraient sa taille et qu'une spongieuse poitrine à T-shirt Roland Garros 1995 se pressait sur ses seins,

avec sueur limite travailleur/vieux agrémentée d'haleine quenelle de la veille/filet de maquereau/café du matin.

La poitrine, c'est Jean-Louis qui la suppose.

Il ne voit pas comment il n'y aurait pas pu avoir poitrine pressée aux seins.

Et sans doute dans le faisceau du bouton d'appel il y eut rangée de dents calcaires, onctueusement jaunes.

Bref la fille s'est débattu a crié a pleuré et tout s'est arrêté là.

Sur mon binôme se confondant en excuses.



Voilà ce qui s'est passé.

Voilà ce qui a heurté la réalité réelle de la femme de ménage noire en faction ce jour-là.

Mais pas mon binôme.

Mon binôme, lui, depuis les années 70 a simplement fait l'aumône à une subordonnée de couleur d'un élan de sa virilité.

C'est ça qu'il se tue à expliquer à Roland notre chef.

Ainsi Jean-Pierre Marielle dans son temps flatta des croupes de secrétaire à l'heure du whisky.

Ainsi Jean Yanne.

Et ainsi Jean Rochefort.

Et ils disaient C'est bien mon petit.

Et on leur répondait d'un petit rire cristallin.

On leur disait Oh vous alors.

Et il n'y avait pas d'agression alors.

Il y avait de la simplicité.

Il y avait les années 70.

Du désir désirant n'ayant pas honte de désirer.