Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2020

Nota bene

Il arrive qu'un type débarque sur ce blog

(ou une fille - mais en général c'est un type)

et se dirige directement vers le meuble à apéro.

Il sait où c'est. Pas de problème pour moi, c'est là pour ça.

Le type se verse alors un bon gros Ricard 2/3-1/3

et râle contre les bacs à glaçons fantaisie à moitié fondus - bien.

On cause un peu et puis, au bout d'un moment il se lève de son tabouret et se met à regarder autour de lui.

Il renifle. C'est de la poésie, ça ? Yep.

Bon, bon, bon, bon.

En général il (ou elle, mais le plus souvent il) se gratte la tête.

Se rassoit, jette un regard sur la table basse, je pige, je lui reverse.

Un Ricard, même dosage. 

On mâchonne un moment quelques chips ramollies et puis il me dit : Bof.

Ou alors : De vous j'attends mieux.

OK, OK, je dis. En réalité je suis vexé comme une colonie de poux dans une école maternelle mais j'essaie de n'en rien laisser pareil. 

Faut savoir (là c'est moi qui parle) que vous vous trouvez actuellement dans un cahier de brouillon.

C'est un cahier de brouillon à ciel ouvert, c'est comme ça, c'est peut-être un peu con mais c'est comme ça,

un cahier où il y a toujours quelques glaçons dans le freezer, et un fond de bouteille pour les amis.

Ou les ennemis. Ou les gens qui s'en foutent, mais qui pourraient, ou non, devenir des amis.

Hum-hum fait le type. N'a pas l'air totalement convaincu mais ça j'ai l'habitude.

En réalité je reprends, je reviens ici surtout pour essayer des trucs. C'est pour les moments où je ne suis pas sur un projet précis, où j'ai une idée ou un bout de phrase.

Que l'idée ou le bout de phrase n'est pas assez robuste pour s'imprimer sur du papier, mais que je me dis que

que je me dis que ça vaut la peine d'essayer, 

que ça ne mange pas de pain.

Ainsi donc je dis (j'essaye de sourire mais le type ou la fille me lorgne alors sans expression)

ainsi donc bah c'est vrai qu'il y a des choses ici qui sont bof. Qui ne donneront rien.

C'est comme ça, je dis. Mais vous savez c'est juste un blog c'est comme Facebook, ça ne porte pas à conséquence.

Hum hum fait alors le type.

Il me regarde alors avec peut-être encore moins d'expression que tout à l'heure, ce qui est une sorte d'exploit quand même.

Hum hum. 

En réalité je crois qu'il hésite à replonger la main dans mon paquet de chips ramollies, parce que ce n'est pas vraiment bon, mais quand même, après deux Ricards 2/3-1/3 on a bien envie de quelque chose de salé pour s'amuser la bouche.

 

 

 

 

16/10/2019

Aυτοκίνητο (variation sur un thème connu)

moyen-age-1-maxi.jpg

 

Manger un automobiliste chaque matin

est un geste santé simple et accessible à tous :

pour autant ce n'est pas tous les jours que l'automobiliste est femelle

péniblement exhumant poussette et hoir sous des précipitations de mousson.

Garée en double file sur MON putain de passage piéton.

(Moi : eau jusqu'à mi-mollet. Poussette : itou.)

N'empêche que la fièvre du moment m'a fait faire une découverte majeure : le point Greta.

Le point Godwin tout le monde connaît.

Le point Greta c'est la même chose sauf qu'au lieu de Goebbels Hitler les fours et tout le folklore habituel

c'est les particules fines et les réchauffement qui sont invoquées pour clore la discussion.

Faites l'essai : ça marche.

D'où découle une seconde découverte majeure elle aussi :

manger un automobiliste chaque matin c'est bien

assaisonner une automobiliste sur la santé de ses enfants à l'aide de sa propre culpabilité

c'est mieux.

 

15/10/2019

Ô maman ô misère

IRHT_06950_2-520x245.jpg

 

le savoir tellement accessible aujourd'hui

que personne se soucie d'y accéder

nés trop intelligents, déjà blasés, confiants

au berceau l'ange qui devait mettre un doigt sur nos lèvres

rattrapait ses heures sup en retard

ô maman ô misère

rançon de notre vitalité démographique

à l'autre bout du monde l'intérimaire

se crache dans les mains

remet une pelletée de charbon

 

06:57 Publié dans Conneries | Lien permanent | Commentaires (0)