Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2017

Gratos XVIII

 

Un jour, je fais un rêve.

Je marche dans la rue.

Je vais au boulot.

Grands cheveux bruns sur gilet orange à bandes réfléchissantes, pantalon à larges poches comme le mien, sécus, râteau municipal, rue du Lac, une fille se retourne.

Espèce de bâtard dit-elle espèce de lâche c'est pas en restant à faire suer ta viande dans l'urne de ton lit que tu feras barrage à l'extrême droite.

Elle me crache à la gueule.

Un gros mollard bien gras, élastique, roboratif.

Je continue mon chemin.

Un type à tête d'enclume mallette en cuir à la main se retourne à son tour et comme il dit.

Salaud, ordure, planqué, ça te fait rire ? Ça te fait rire de voter pour toujours les mêmes distributeurs automatiques, creusant ainsi creusant encore le lit du fascisme ???

Il me crache à la gueule.

Un mollard mélancolique, en mineur, qui ne manque pas de suavité.

Puis c'est une cycliste en k-way Lafuma, lunettes octogonales à montures violette, timide, à frange et sans gluten.

Et la prostitution ? Qu'est-ce que tu dis de la prostitution ? Et des abattoirs ? Et des passages à tabac ? Et des vitriolages de femmes ?

Elle crache un mollard ambivalent, mi-humide mi-venteux, typique des printemps pourris.



Je me réveille en sursaut.

Je suis en retard je saute dans ma cafetière je fume mes chaussures de sécu je mange mon sac

et j'arrive pour

EN RAISON D'UNE PANNE DE COURANT LA BIBLIOTHÈQUE FERMERA CES PORTES CE JOUR

MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION



C'est Jean-Louis au poste de garde qui m'explique.

Un machin a fait pssshhhit un truc a fait cric et puis tout a claqué.

Les lampes des salles ouvertes au public et les ampoules des distributeurs de boissons.

Là les types de la maintenance sont dessus, Pierrot et Mario, Serge et Jean-Claude.

Enfin Serge et Jean-Claude, regardent.

Mais au service technique, ça fonctionne.

Je peux donc.

J'y vais donc.

Je trie.

Au bout d'un moment, l'oiseau mort d'un détail cogne contre le double-vitrage de ma conscience.

Mon binôme.

Mon binôme n'est pas là.

Enfin mon binôme fut là mais en coup de vent disparut dans le bureau d'Orlando notre chef et ça parle.

Mais son odeur emplit la salle de tri, hésitante,

odeur de bégaiement, odeur de petit rire de nez.



C'est encore Jean-Louis au poste de garde qui m'explique.

Tout à l'heure une femme de ménage noire comme il en existe dans

toutes les institutions culturelles et sociales promouvant le partage et l'intégration a voulu prendre l'ascenseur.



C'est là que ça a fait pssshhhit.



Mon binôme était monté avec elle.

La verte lueur du bouton d'appel d'urgence devait avoir quelque chose de sexuel.

Devait.

Hormonalement.

Pulsionnellement.

Telluriquement.

La pauvre fille a vu soudain fondre sur sa bouche deux lèvres bleues tandis que deux bras noueux enserraient sa taille et qu'une spongieuse poitrine à T-shirt Roland Garros 1995 se pressait sur ses seins,

avec sueur limite travailleur/vieux agrémentée d'haleine quenelle de la veille/filet de maquereau/café du matin.

La poitrine, c'est Jean-Louis qui la suppose.

Il ne voit pas comment il n'y aurait pas pu avoir poitrine pressée aux seins.

Et sans doute dans le faisceau du bouton d'appel il y eut rangée de dents calcaires, onctueusement jaunes.

Bref la fille s'est débattu a crié a pleuré et tout s'est arrêté là.

Sur mon binôme se confondant en excuses.



Voilà ce qui s'est passé.

Voilà ce qui a heurté la réalité réelle de la femme de ménage noire en faction ce jour-là.

Mais pas mon binôme.

Mon binôme, lui, depuis les années 70 a simplement fait l'aumône à une subordonnée de couleur d'un élan de sa virilité.

C'est ça qu'il se tue à expliquer à Roland notre chef.

Ainsi Jean-Pierre Marielle dans son temps flatta des croupes de secrétaire à l'heure du whisky.

Ainsi Jean Yanne.

Et ainsi Jean Rochefort.

Et ils disaient C'est bien mon petit.

Et on leur répondait d'un petit rire cristallin.

On leur disait Oh vous alors.

Et il n'y avait pas d'agression alors.

Il y avait de la simplicité.

Il y avait les années 70.

Du désir désirant n'ayant pas honte de désirer.





 

19/05/2017

Gratos XVII

Adrien Dubosc.

Alexandre Naussac.

Elio Canestri.

Tanguy Gicquel.

Eddy Aubert.

Mathieu Schiller.

Alexandre Rassiga.

Stéphane Berhamel.

La jeune Sarah.

Fabien, 40 ans.

Eric Dargent.

Olivier Shorebreak.

Victimes de la beauté.



Le mercredi 14 décembre 2016, dans un centre commercial de Givors (69), le binôme de mon binôme fait un accident vasculaire cérébral.

Ce sont des choses qui arrivent.

Que sais-je de lui ?

Qu'il se tapait des boîtes de cassoulet de 800g deux fois par jour.

Qu'il jouait du piano et qu'il avait une tendance à la mélancolie congénitale, entretenue fidèlement par une tendance des femmes de sa vie à se casser subitement ne laissant derrière elles qu'un demi-bâton de rouge à lèvres et une assignation du juge des familles.

Que la dernière, avant de partir, a eu l'élégance d'appeler le Samu dès l'apparition du rictus caractéristique, et de lui éviter l'hémiplégie.

Elle a été aide-soignante.

Pour le reste, il n'est plus qu'un nom dans une liste, une épine pour secrétaire administrative, un chemin de croix de la DGRH pour rédiger mes contrats, une cause majeure de la déforestation à destination de la fabrication de feuilles de soin.

Et il ne répond pas aux textos.

Mon binôme ne comprend pas. Ni Jérôme, ni Brahim, ni Jean-Claude.

Et je reste comme suspendu ; son absence enkystée, son casier au vestiaire scellé, et moi, le pied dans le vide, ne sachant trop à quel point il me faut exister.

Un mauvais rhume surfant dans mes conduits.

Se diffuse mollement, descend dans la gorge, anoblit les bronches, pétille au larynx.

Les glaires que je crache toute la journée prennent un goût sucré et jouent leur gamme chromatique comme à la roulette.

J'ai des assoupissements.

C'est de la boue. Il est toujours six heures du soir et quelque chose nage à côté.

Puis je me réveille.

Puis : le docteur me donne un visa pour deux jours au pays des merveilles.

Deux jours de brouillard et de lit à confondre les draps avec les kleenex avec les ordonnances.

Je reviens. J'encaisse la tournée de 7 heures avec une fin de batterie. Aller, je chante. Retour, mes vêtements affalés sur le tableau de bord avec presque pas moi dedans.

Danse le quai de déchargement.

Et.

Le mercredi 13 avril 2017, le binôme de mon binôme (moi) met le pied entre le quai et la plateforme du monte-charges.

Je termine la journée malgré l'hématome qui s'arrime du fessier au genou.

Toute la cuisse gauche.

Gonflée d'un sang noir.

Mais ça, je ne le saurai que le lendemain, dans un cabinet médical bien connu.

En attendant je trier, écharpe et passe-montagne.

Je ne produis pas d'autre son qu'un claquement de dents retors qui épouse les rythmes de la radio.

Chérie FM.

MFM.

Julien Doré.

Et la pub. Même la pub.

Mon binôme ne s'en fait pas.

Ça fait trois semaines que je n'ai pas ouvert la bouche.

Il ne s'en est pas rendu compte.





 

10/05/2017

Gatos XVI

 

Essai de philosophie politique de mon binôme



LE REGARD DU HAMSTER SUR LE HAMSTER EST SI CHARGÉ QU'ON CROIRAIT QUE LE HAMSTER EST UN HAMSTER À BARILLET À CHARGEUR À DOUILLES HAMSTER SEMI-AUTOMATIQUE HAMSTER D'ASSAUT COMME ON EN TROUVE PARTOUT AUJOURD'HUI À MOINS DE 300 EUROS DANS LES QUARTIERS - CAR LE

HAMSTER EST LE HAMSTER ET DANS LE HAMSTER EST LE DEDANS DU HAMSTER ET DEDANS LE DEDANS DU HAMSTER IL Y A LA HAINE DU HAMSTER LA GRANDE HAINE AFFIRMATIVE DU HAMSTER POUR TOUT CONTRE RIEN CAR LA

HAINE DU HAMSTER EST GRANDE

ELLE EST GÉNÉREUSE ET ELLE EST CÂLINE ET ELLE EST ORGUEILLEUSE ET ELLE EST AMBITIEUSE ET AMNIOTIQUE LA HAINE DU HAMSTER EMBRASSE LE GRAND TOUT C'EST ÇA QU'IL FAUT BIEN COMPRENDRE LE GRAND LE TOUT-HAMSTER À COMMENCER PAR LUI (DONC TOUT) À COMMENCER PAR LES AUTRES (DONC LUI) CAR AU HAMSTER TOUT EST HAMSTER

L'AVENUE LES BICOQUES DU 8È ARRONDISSEMENT LE BUREAU DE TABAC LA RUE QUI NOUS EMMERDE À ÊTRE À SENS UNIQUE

LES CAMIONS QUI PAISSENT LES JARDINIERS MUNICIPAUX

ET LES MAGASINS

ET LES SILOS À GRAIN

ET LE DISTRIBUTEUR D'EAU

ET LES DEUX FLEUVES

ET LE GOURDIN

ET LE MAGASIN DE MOTOS D'OCCASION

MAIS LA HAINE DU HAMSTER EST ENCORE PLUS FORTE POUR LE HAMSTER CAR HAMSTER+ HAMSTER = HAMSTERS ET HAMSTER X HAMSTER = HAMSTER AU CARRÉ OR C'EST EN ROND QUE COURT LE HAMSTER C'EST EN ROND QU'IL AVANCE C'EST DANS UNE ROUE QU'IL EST UN SEIGNEUR UN BATTANT UN CHEF D'ENTREPRISE CRÉATIF QU'IL MAÎTRISE SON DESTIN ET LA HAINE DU HAMSTER ATTEINT SON PAROXYSME DANS LE HAMSTER SANS ROUE

LÀ OÙ IL Y A HAMSTER IL Y A ROUTE SE DIT-IL L'ÉQUATION EST SIMPLE DERRIÈRE ROUE IL Y A MAISON IL Y A CANAPÉ IL Y A MAÎTRE

LA TÉLÉ EST ALLUMÉE C'EST LA TÉLÉ DU MAÎTRE

LE HAMSTER RENTRÉ CHEZ LUI EST UN BATTANT MAIS POUR AINSI DIRE CALCIFIÉ RABOUGRI RECROQUEVILLÉ DANS LES REINS DE SA FATIGUE

IL REGARDE SES PATTES IL REGARDE SES MUSCLES IL REGARDE SON MAÎTRE

ET LE HAMSTER SANS ROUE QUI DANS L'ÉCRAN GRONDE ET SE REPRODUIT (6 millions d'unités) DE FAÇON NON SEXUÉE

LE HAMSTER SANS ROUE EST NOURRI

POUR CE QU'IL EST : HAMSTER

NON POUR CE QU'IL FAIT : TOURNER

plus loin bien entendu

un radio-réveil une paire de bottes en caoutchouc

une guerre mettant en scène de glorieux chefs tribaux enturbannés

ces choses sont déroutantes c'est bien compréhensible

et le maître à cause du reflet de l'écran on ne le voit jamais dans son intégralité

LE HAMSTER FIGE DANS SA COLÈRE SOUDAIN RETROUVÉE AU NIVEAU DES LOMBAIRES - IL NE SE REND

PAS COMPTE QUE LE HAMSTER SANS ROUE ATTEND SAGEMENT SON TOUR POUR MONTER

QU'IL Y A DEUX HAMSTERS UNE SEULE ROUE

ET QU'ON APPELLE ÇA UNE ÉCONOMIE DE MARCHÉ BIEN DIGÉRÉE ET QUE

DES ÉLÉMENTS DE PHILOSOPHIE POLITIQUE DATANT DU DÉBUT DU XIXÈ SIÈCLE LUI CALCIFIENT LES MÂCHOIRES LUI SENTENT ENTRE LES DENTS LUI ÉCHAUFFENT LES HUMEURS

IL FAIT CORPS AVEC SA ROUE

SA ROUE EST À DURÉE INDÉTERMINÉE

ET SON AGRESSIVITÉ EST POUR LE HAMSTER SANS ROUE il ne se rend toujours pas compte

QUE LA ROUE EST SA STRUCTURE EXTERNE ET SA CHANCE ET SON HÂVRE ET SA PAIX ET QUE LE HAMSTER SANS ROUE EST RÉDUIT AU HAMSTER C'EST À DIRE À REGARDER LES ÉMISSIONS DU MAÎTRE C'EST À DIRE À SE REGARDER LUI-MÊME DANS L'ÉCRAN

ET À INVENTER POUR LUI-MÊME AU CARRÉ LES HEURES QUI PASSENT UNE À UNE ET COMPOSENT UNE JOURNÉE

QUE SANS ROUE LUI-MÊME IL SERAIT CONDAMNÉ À EXISTER POUR LE SEUL DÉPLAISIR DE -

À SE REGARDER COMME IL REGARDE LE HAMSTER SANS ROUE SANS STRUCTURE EXTERNE SANS ÉCHAFFAUDAGE

PERCÉ À JOUR DANS SA QUALITÉ DE PUR HAMSTER, BOUILLON DE CELLULES ANKYLOSÉES

c'est à dire un peu comme moi, à cet instant, je le regarde.