Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2014

Le boulot c'est le boulot

qu'est-ce que c'est qu'un artiste

je ne sais pas

je ne sais pas

chaque matin je me réveille avec la même boule au ventre que tout le monde

je m'asperge de café et j'allume une cigarette

en faisant semblant de ne pas entendre les cris du bébé

qu'est-ce que c'est qu'un artiste

je ne sais pas

je ne sais pas

au lieu de le savoir je me douche

machinalement comme tout le monde

sans regarder mon corps

sans avoir conscience de mon corps

avec ce truc des charbonniers envers l'eau chaude

suspect pour un athée

qu'est-ce que c'est qu'un artiste

je ne sais pas

ne me le demande pas

pourtant j'aimerais beaucoup avoir une femme à poil devant moi

immobile

et du silence autour

avec rien à prouver avant trois ou quatre cents ans

et surtout

rien

dans la tête

 

14/05/2014

Des questions pratiques en langue vulgaire

puisque nous sommes en faillite

avec le coeur en récession

et nos âmes velléitaires

accrochées aux tétons austères —

puisqu'on nous voit le bout de notre résilience

et qu'on sera bientôt trop gris

trop cernés fatigués variqueux

pour se fourguer à la bourgeoise

entre teckel et géranium

 

dites-nous donc

o arrêtés municipaux

où donc garer la caravane

où exposer nos os

dans quelle région continentale mourir

d'autre chose que de pneumo

 

o nymphes o faunes o agents de sécurité

dites-moi

qui écrira le guide de la vie en grand air

le Michelin des cours d'immeubles le Routard des portes cochères

le conseil de gourmet de la soupe populaire

 

où planter une tente où poser un carton

ramasser des mégots

sans se faire ramasser par la municipale

devant quel temple à cathos de gauche tendre la main

pour thésauriser l'amour fait humain

 

les villes ne sont les villes que la nuit

après l'extinction des fêtards

et encore, avant les camions-poubelles

tant que les rats sont là nous ne risquons rien

 

 

 

03/05/2014

Variation sur un thème connu

Pas la peine d'essayer d'y couper. Il va falloir retourner au boulot, tout reprendre à zéro, comme au CP, et brûler des tonnes de cierges en espérant que ça y sera, encore une fois.

Ce n'est pas évident. Ce n'est pas facile. Rien n'est acquis. La cafetière crachote, le soleil te brûle les yeux et tu te demandes où tu as foutu le collyre.

Et personne ne te demande de faire ça. Il n'y a pas de raison. Tu pourrais te payer de belles vacances à enchaîner les séries sur le canapé. Mais non, toi, tu te crois au-dessus de ça, et rien que l'idée d'un jour sans souiller de papier de colle des sueurs froides.

Mais ce n'est pas facile. Ça n'a rien d'évident. Et parfois seule l'idée qu'à l'aune des planètes de l'âge du soleil du big crunch et de toutes ces sortes de choses tu aies exactement la même importance que Jésus, Bouddha, Dante, Marc Lévy et Lady Gaga est capable de te maintenir à ta table.

...

La question de savoir si c'est la conscience professionnelle ou une simple névrose, vraiment, c'est du luxe à ton époque et dans ta position.