Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2013

Novembre, comme d'hab

il essaie une grimace

les deux extrémités de la bouche tirés vers le haut

il l'a vue à la télé

mais il s'y prend mal

la peau craquelle dans les coins

 

 

 

13/10/2013

Fin de série VI - les clés

Rends-toi à l'évidence, tu ne comprends rien à ce mec. Tu voudrais bien, mais il y a les autres qui te regardent. Et puis il faut rentrer. Il va bientôt faire nuit. Tu mourras pas ce soir. Tu mourras pas pour savoir ce que ça fait d'être lui, de s'afficher avec lui. Et d'être regardé.

La seule chose qui ne fait aucun doute, c'est que tout ce qu'il raconte, tu le connais déjà. Le monde et ses yeux. L'exclusion. Sa bave. Et puis la classe. Crever au pilori plutôt que d'être dans les gradins avec ceusses qui rient. Bien sûr bien sûr. Mais ce que tu ne diras pas, c'est comment toi aussi tu es passé de l'autre côté.

Depuis la naissance des triplés.

Toi aussi, maintenant, tu es celui qui a laissé ce monde avec les clés dessus et bonne chance aux suivants pour s'en démerder.


(Petite prose en avant-poste d'un travail en cours...)

08/10/2013

En accroire ou pas

des discussions sur l'art

encore des discussions sur l'art

elles m'ont coûté plus de neurones

que dix ans de bière premier prix


on a des beaux mots

on est intelligents

etc etc

mais comme dit quelqu'un que je connais

c'est pas que j'y croie

mais c'est sympa de tirer un coup de temps en temps

et puis il y a des canapés au saumon


des discussions sur l'art

des mots sur l'art

des phrases

tout ce qu'il nous donne tout ce qu'il nous coûte

la limite de l'époque

et notre localisation exacte

les va et vient du langage entre que dalle et rien

et les cacahuètes

et le vin rouge à la tireuse

et les poignées de mains

et les tapes sur l'épaule


je ne sais toujours pas si le poète est celui qui passe foudroyé par son époque

en s'incarnant au petit bonheur dans tel ou tel

j'aurais tendance à penser qu'il est surtout celui qui fait péter le réveil à 7 heures du mat

et termine son oeuvre définitive en quatre quatre entre les couches et le métro

quoi qu'il en soit

tant qu'on ne m'aura pas prouvé qu'un adolescent mutique a renoncé à son projet de suicide à cause de ce que je fais

je ne serai sûr de rien