Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2013

Awards

le vide

il y en a que ça terrifie

quand ils en trouvent dans le jardin

ils le remplissent d'eau

et ça fait une piscine

et ils invitent les voisins à prendre des photos

pas nous

 

nous

nous sommes bons

à rien

très bons même

excellents

primés dans tous les festivals

au salon international

de la déprime saisonnière

nous sommes pour la soirée

solaires

habillés maquillés coiffés personnellement

sur tous les tapis rouges par tous les Lagerfeld

car on va nous remettre le prix

cette année encore nous avons été les meilleurs

à que dalle

à rien

au rien qui fait notre singularité

il y aura des poignées de mains

des tapes sur l'épaule des baisemains

et l'annonce des nominés

catégories :

buveurs de tord-boyau dans un sac en papier

mâchouilleurs de mèches de cheveux devant jeux télévisés

etc etc

chaque fois c'est nous qu'on appellera

notre supériorité

sera évidente

car nous n'avons pas peur de rien

on s'est donnés à fond

et c'est gracieusement qu'on nous donnera une brouette à la fin de la soirée

pour emporter tous nos trophées

 

ils sont à notre image

plus légers que l'air recraché par un pensionnaire du foyer N.-D. des sans-abri

un soir de fête de la musique pluvieux

ils ont la forme et la consistance

des vies que l'on dévide

devant la porte de nos rades préférés

rien que pour se prouver

qu'on a bien existé

 

oh oui

 

ça en jettera sur la cheminée


28/10/2013

Jour après jour

une enclume

un poème 

une enclume 

un poème

une enclume

un poème 

une enclume

un poème 

une enclume 

un poème

...

ça marche très bien comme ça

pourquoi voudriez-vous

que ça s'arrête

?


22/10/2013

Fin de séries VII - Parachutes

 fin de séries,parachute,carte postale,serial killers

 

aujourd'hui est le 216 ème anniversaire du premier saut

c'est papa Gougueul qui l'a dit 

go il a ajouté

go

go 

go

on y va poussez pas on y va 

je vois les jambes du type devant moi je vois ses mains qui s'accrochent à la carlingue et puis 

plus rien

une putain de carte postale

pleine page patchwork champs chatoyants fermes fumantes

n'ayez crainte

on vous dira comment c'était en bas

quels serial killers ont terminé leur trajectoire

quelle campagne électorale a fini dans les marais

quelle voiture de police a embarqué quelle communauté vers quelle piste d'atterrissage 

n'ayez crainte

nous dirons tout

comme toujours

nous gueulerons

et vous 

si vous aviez l'idée bizarre de tendre l'oreille

vous saurez où nous trouver 

nous serons en bas 

comme toujours

à recompter nos bras et nos jambes 

comme toujours