Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2015

Sans les roulettes

Pas de bar, et pas d'hôpitaux,

elle dit.

Et démerde-toi avec ça.

...

 

À l'oral, faire abstraction des cinq types qui se taisent.

Et de la vue qu'ils ont sur ton œsophage.

 

...

 

En fait, on ne te verra que si le soleil se lève.

Mais la météo n'est pas une science exacte.

Tu peux espérer une bonne surprise.

 

...

 

 

18/06/2015

Addictologie

Résultat de recherche d'images pour "walt whitman"

 

au début

rien de grave

on peut se lâcher une fois de temps en temps

au pire

on aura un petit matin difficile

mais quand on en est

à avoir besoin d'une page de Walt Whitman dès le matin

alors là

il y a vraiment du mal de fait

 

12/06/2015

Non ce n'est pas les francs-maçons qui dirigent le monde, c'est les poètes

Encore un article sur la poésie sur le site de l'Obs.

Ça ne me dérange pas que Siméon s'exprime.

Ce qui me dérange, c'est que la photo qui illustre l'article ne représente pas Siméon.

Elle représente Verlaine.

Je n'ai rien contre Verlaine.

Mais c'est encore une manière détournée de nous faire comprendre que la poésie, c'est du passé glorieux, du Verbe-Chair à panthéon et à Lagarde et Michard.

En plus, ils n'ont pas choisi un Verlaine Fantin-Latour, LGBT-hipster, yeux énamourés vers son futur marchant d'armes.

Ils ont pris un Verlaine constipation-haut-de-forme.

Hého. Haut de forme. XIXème siècle. Vous savez, quand il y avait des poètes.

Des poètes, vous voulez dire comme les gens vivants qui seront par milliers à Saint-Sulpice ce week-end ?

Comme ceux qui vont foutre le daoua à Sète cet été, comme ils le foutent toute l'année dans des bars associatifs, des squats, des salles de jazz, des écoles dites normales prétendues supérieures, des théâtre, des bibliothèques anar ?

Ouais, des comme ça.

Les poètes sont partout.

Ils dirigent le monde.

Et les plus dangereux ce ne sont pas les honnêtes, ceux cités plus hauts.

Ce sont ceux qui vous font passer leur came en douce, sans dire le mot.

Ceux qui vous vendent des rêves d'origines glorieuses alors que vos ancêtres étaient aussi ploucs et bâtards que tout un chacun.

Ceux qui ont érigé l'épopée en exercice cardinal de l'intégration citoyenne.

La plupart des gens ne s'en rendent pas compte. Putain, pourtant la dernière fois ils ont voté pour une anaphore.

C'est la raison pour laquelle je ne suis pas tout à fait d'accord avec Siméon : d'accord il y a des poètes qui sauvent le monde, chaque jour, partout, et j'espère bien à mon petit niveau en faire partie. Mais il y en a aussi qui s'ingénient à y foutre un bordel monstre.

Alors plutôt que de pleurer sur le manque de diffusion de l'édition dans ma branche, je préfère continuer à chanter toutes les conneries qui me passent par la tête en manière d'antidote aux leurs. Ça vaut ce que ça vaut mais on dira pas qu'on fout rien.

Et voilà ce qu'on en fait, moi et mes potes, du XIXème siècle :

FantinLatour.jpg

 

La photo est de Gilbert Brun et c'est le Syndicat des poètes qui vont mourir un jour qui pose.

...

(Je sais, je n'en finis pas de promettre que je ne parlerai plus de LA poésie sur ce blog. Mais putain, je suis comme tout le monde : je veux bien qu'on m'opprime, pas qu'on se foute de ma gueule. À la bonne vôtre.)