Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2016

Animal

 

Animal

avec tout son attirail d'hormones

et humain

par la tache de gras sur son pull

amoureux

par le matériel électoral qu'il tient contre lui

cajoleur

mais pas qu'il pense le dire un jour

 

mal parti

(un truc que secrète son cuir chevelu)

en copeaux

(le pull, toujours)



humain

on ne lèche point les copeaux sur un pull

mais vicelard

on peut s'essuyer dans les yeux des préposées en traversant le hall

archi-nul en karma

on n'attrape pas des agents du patrimoine avec une odeur pareille

malvenu

(mais là il en rajoute un peu)

ouvrant ses canettes dans le silence d'avant les partiels

interdit ? —

voilà qui serait une idée constructive

exister ? —

pour lui une sacrée perte de temps

mais il le fait

ne serait-ce que par bienséance

merci

de le reconnaître.

 

 

02/08/2016

Pouffer l'après-midi

j'aime bien quand ça murmure

et que ça pouffe en même temps

j'ai toujours l'impression que quelqu'un va baiser

dans une maison surchauffée

avec un coup de rosé en trop

et une grosse sieste en perspective

...

 

26/07/2016

Henri Désiré Landru (1869-1922)

j'ai fait une sieste sur un hamac

avec Henri Désiré Landru

que faisaient ces hamacs dans l'espace public

c'est une question

qui nous entraînerait vers des territoires

bien trop non-poétiques

toujours est-il que Désiré - je l'appelais Désiré -

était très fier de me montrer ses nouvelles applis de rencontres

et le brio avec lequel il s'y coulait

avec la souplesse du professeur de salsa

au camping du Cap d'Agde

il m'expliqua qu'il n'aimait

que l'amour tiède

le parfum des lingettes démaquillantes

et les sacs poubelle avec poignées

bref

cette façon d'aimer qui fait grossir

et bla bla bla

et bla bla bla

autres considérations

que j'ai quelque peu oubliées -

tout ce temps-là

il agitait des mains couvertes de sang

mon Dieu que ce type a une belle barbe

ne pouvais-je m'empêcher de penser

...