Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2012

La Différence

 

Richard Millet, Mgr Barbarin, Bobos de gauche, fast-food, Guerre nucléaire


Je vais faire deux infidélités aux principes de ce blog : premièrement, un texte long ; deuxièmement, un texte ouvertement autobiographique, si on part du principe que le Je qui parle est, malgré la poésie, quand même taché de citoyen indécrottablement, et, qu'il le veuille ou non, un bout de ce qu'on continue à appeler une Société, si tant est qu'un tel machin existe.

Ce texte a été publié sur un autre blog plusieurs mois avant Millet et avant Barbarin, mais il redevient d'actualité.

    Tout ça a commencé par un léger louvoiement du bateau. En général, cet espèce de tangage qui vous met l'estomac à quelques centimètres de sa place habituelle se produit après la pause-repas, quand on est au début de la digestion et qu'il faut quand même envoyer, mais là, le rush avait été particulièrement usant pour tout le monde de ce côté-ci de la barrière — de ce côté-ci de la barrière c'est à dire au poste Fish, Chicken et Nuggets, et pour tout le monde, c'est-à-dire moi, M.-L., G. et M.. Pas tellement parce qu'on avait battu des records de vente, mais parce que le nouveau directeur avait passé deux heures sur notre dos à contrôler chaque geste, chaque parole échangée, chaque procédure. Eh, c'est pas toi qui redemandes des nuggets. Eh, là, tu dois lancer les produits pas deux, maximum. Dis, pourquoi tu as huit filets de poisson dans ton tiroir ? Regarde la feuille de niveau, c'est six.
    Etc, etc. Il faut savoir, pour ceux qui n'ont jamais travaillé pour une grande chaîne de fast-food, que chaque geste, chaque ordre donné, chaque attitude corporelle en cuisine sont rigoureusement planifiés selon des procédures valables à Lyon, Paris, Bruxelles, Houston, Vladivostok, Tombouctou, à Bombay je ne sais pas, là-bas il n'y a pas de burgers au bœuf. Enfin bref nous sommes les zombies de la procédure, et malheur à celui qui fait frire cinq filets de poulet si l'ordinateur en a prévu quatre. Ce qui serait valable dans un monde où il n'y a pas de variation d'afflux de clientèle, pas de machines en panne, et pas d'absentéisme au boulot. Ce jour-là, par exemple, on aurait dû être cinq, on était quatre, et on remplaçait tour-à-tour le membre fantôme en sprintant sans arrêt, pour qu'il n'y ait pas trop d'attente devant. L'ancien directeur, un vieux Gray Cooper obsédé par la mode, fermait en général les yeux sur nos petites entorses au règlement. C'est normal : ici, un droit coutumier veut que l'attribution des postes en cuisine ne change presque jamais, on s'en plaint, nous, les réprouvés du Fish-Chicken, mais c'est comme ça. Du coup, nous sommes assez expérimentés pour survivre quel que soit le staff et quelles que soient les machines en panne. Mais le nouveau directeur a vingt-huit ans, il a tout à prouver, et donc, procédures, procédures, c'est dur.
    Quand il a fini par descendre bouffer, vers treize heures trente, ça a été un déchaînement de professions de foi gauchistes : et comment on peut bosser dans ces conditions, et si c'est une grève qu'il cherche il va l'avoir, et tiens, une dizaine de démissions d'un coup ça va lui faire drôle. On savait que c'était une douce brise de printemps, ici personne n'est syndiqué et trois jours de grève, c'est 150 euros en moins, charges comprises. Mais un peu de vent, ça fait du bien quand on vit entre deux rangées de friteuses. C'est un peu notre façon à nous de se dire qu'on s'aime. On se fait baiser on sait qu'on se fait baiser, et la seule vaseline à notre disposition, c'est l'esprit de classe, camarade.
    Mais voilà qu'un con a fait dériver la conversation sur le mariage gay. Je dis un con, parce que je crois bien que c'était moi. On avait l'esprit complètement échauffé, et voilà que je lance ce sujet impossible pour M.. M., c'est un mec ouvert, cultivé, il fait des études de gestion mais il a tâté à tous les genres de philosophie et de littérature, j'ai déjà parlé d'Averroès et de Victor Hugo avec lui, et pour rien gâcher, c'est un excellent pianiste classique. Mais il y a cette grande plaque de plexiglas entre nous, qui s'appelle Dieu. De part et d'autre de cette plaque, on se voit bouger, on suit les mouvements de lèvres de l'autre, on arrive à entendre quelques mots, mais pour se comprendre pour l'essentiel, tintin. Et nous voilà tous à nous hurler dessus, à nous jeter notre mauvaise foi à la gueule, à passer dans le suraigu avec des arguments d'autorité.
   - Le mariage, ça a une origine religieuse ! C'est un truc sacré ! La preuve, en France, 90 % des mariages sont religieux, le reste, c'est du PACS !
   -  Tu peux pas dire ça ! En occident, le mariage est un sacrement depuis le douzième, pas avant ! C'est un contrat économique entre deux familles, à la base !
   
    Aucun de nous n'avait de chiffres ou de date précise en tête. Mais on gueulait, on gueulait, et si on nous avait pas pressés un peu côté comptoir, ça se serait terminé aux mains.
    Dans ces cas-là, j'ai tendance à entendre des machines imaginaires creuser les tranchées du prochain camp de concentration. Et ça peut me durer des heures, ces conneries-là.

*

    B. m'a aussi fait cet effet, une fois.
    B. est un ancien éboueur passé dans le fast-food après un plan social. Ça ne s'est pas trop mal goupillé pour lui, le sous-directeur de notre restaurant est son ami d'enfance. Il a donc eu un contrat à trente-cinq heures d'entrée de jeu, ce qui est un privilège exceptionnel quand on n'est pas COTOREP, et il a eu un planning comparable à celui qu'il avait avant, 5h-17h, du mardi au samedi. Il a gardé des habitudes d'assimilé de la fonction publique, parle de grève trois fois par semaine, fait un peu durer ses pauses, et se livre à de petits trafics de fromage et de charcuterie dans la salle de pause.
    Ça ne le dérange pas, B., de bosser dans une nuée de nègres et de bougnoules, il est copain avec J., qui est Martiniquais, il est copain avec C., dont les grands-parents ont vu le jour au Congo-Brazzaville, il est copain avec M., aussi. Mais un jour qu'on parlait politique, il m'a dit :
     - ...ben ouais, faut sauver la France mon gars, extrême-droite, moi, j'ai pas de problème pour l'assumer.
     Je lui ai désigné les autres cuistots du jour, tous nègres comme si c'était fait exprès
     - Et eux, alors ?
     - J'ai pas de problème avec eux.
   
    Et ça s'passe comme ça, dans la restauration rapide : tout le monde a quelque chose à régler avec le Capital, mais c'est plus facile d'aller taper sur les minorités visibles ou non. En salle de pause, la télé beugle quelque chose sur la délinquance en France, on tape sur les Arabes. M. descend avec son plateau, silence, puis quelqu'un en remet sur les Juifs. J. fait son apparition, circoncis en son huitième jour. Difficulté intellectuelle : papa bicot, mère youpine, avec lui on ne sait jamais s'il faut être raciste ou antisémite. Qu'est-ce qu'il reste ? Bah, allez, les Arméniens. Mais voilà qu'E.. Merde. E. a un nom à consonance arménienne, bien qu'elle n'ait aucune origine arménienne, je le sais, mais je ferme ma gueule. Va pour les cas sociaux, alors ? Ouais. Sauf que là, arrive Joséphine, qui a intégré l'entreprise quasiment analphabète. Pendant cinq secondes, on n'entend plus que le bruit des mâchoires, et la télé, mais personne ne l'écoute plus vraiment. Et puis soudain, une petite voix formule la solution :
    - Vous avez vu les Roumains à l'arrêt de métro ?

    Les Roms, c'est vraiment du caviar pour les petits réflexes de pensée rétrogrades : il n'y en a pas dans l'équipe, ils ne risquent pas de s'intégrer, la communauté black-blanc-beur se reforme et se passe en toute amitié le bâton pour leur taper dessus.

*

    M., sunnite outé, et G., lesbienne pratiquante, étaient potes, ils le sont restés. B. pense bien que l'immigration est un fléau, sauf pour tous les Arabes et les Noirs qu'il connaît. Et moi, je reste ridicule avec mes effarements de vierge gauchiste bien-pensante qui voit des miradors partout. Et je sais que personne ici n'ira casser du pédé le samedi soir, ou participer à une ratonnade. Mais il y a un contexte, un blabla ambiant, un bourdonnement généralisé et de plus en plus banal où des éditorialistes, polémistes, ministres, illusionnistes ultra-médiatisés répètent en prime time qu'on ne leur donne jamais la parole, et que les discours angéliques des bobos de gauche, ça va bien.
    Et en bout de chaîne alimentaire, l'isoloir. 
    Alors les bobos bien-pensants ça nous fait tous rire, mais le langage a beaucoup plus d'influence que le réel sur les pensées et les bulletins de vote.
    Entre nous et Auschwitz, il n'y a plus qu'une fine couche de bobos de gauche.

Et la fin du monde dans tout ça ? Elle avance, elle avance...

05/09/2012

Grand soir

sabre,victoire de la gauche,tendon,cendrars



D'un point de vue purement politique

J'ai fêté le 6 mai dernier la victoire de la gauche à l'hôpital Saint-Luc Saint-Joseph de Lyon

L'index de la main droite entaillé jusqu'au tendon après une manutention malheureuse de sabre japonais

Un tendon 

C'est peu pour un cendrarsien pratiquant

C'est beaucoup pour un employé de restauration

J'ai beaucoup ri et j'étais très fier de moi

Surtout après les compliments du chirurgien hollandais


Mais par-dessus tout

J'ai maintenant une marque blanche de deux centimètres de longueur sur la jointure de l'index

Je connais maintenant 

La taille exacte d'un événement historique

(Illustration de l'auteur)


22/08/2012

Plus ça avance

Plus ça avance et plus je tends à penser

Que tout ce dont je suis capable littérairement

C'est de me gratter les cacas d'oeil au réveil