Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2015

Entre Maïakovskaïa et Tsverskaïa

que d'la gueule

que d'la face

que d'la page

que du symbole

que d'la trompette

que du tambour

que d'l'accordéon

que d'la plage de galets avec l'eau qui sent la teinture

que du container

 

(le regard de ce type dans le métro de Moscou son crâne sa cicatrice son quintal deux à revenir de Grozny      tout ça si littéraire romantique chair à carnet de voyage     si j'avais pas été à parler une langue étrangère

vraiment dans le métro de Moscou...)

 

14/09/2015

À Denis Roche

quand ça veut

ça veut

quand ça veut pas

on a beau faire refaire et tout mélanger à nouveau

on reste

c'est à dire

on se bouffera pas autant que ça

 

ce matin j'ai bien aimé le réveil

le premier shot de nicotine était plutôt réussi aussi

mais après

................................................................................................

 

on a annoncé dans les pages culturelles la mort d'un mec on l'a appelé Denis Roche

alors c'était moins grave à cause des petits Syriens sur les plages

n'empêche

qu'on a ressorti quelques phrases

.....poésie.....inadmissible.....d'ailleurs n'existe pas.....

avec le recul on dirait les acrobaties intellectuelles d'un bébé normalien en manque de reconnaissance intitutionnelle

c'est touchant dans un sens

n'empêche

 

j'aimais bien son flow malgré l'intellectualisme

quand il était encore un mec avec des vers dedans

il découpait bien la phrase

ça me faisait bouger la tête

est-ce qu'il est bien raisonnable de demander mieux que ça

.................................................................................................

mieux que ça :

(serait de me rappeler POURQUOI j'ai commencé à l'admettre, moi, la poésie)

simplement un effort pour sauver une journée

de tout ce qu'elle contient

d'agréable ou non

 

 

26/08/2015

De la prolifération des armes aux États-Unis

j'ai arrêté de compter les morts

à peu près au mois de février

l'Amérique

on l'a voulue

on l'a eue

méfiez-vous des prières

on sait que ça retombe toujours on ne sait jamais comment ni où

ça se bouffera par les yeux au coin d'une page web

et malgré la misère et les naufrages

ça engraissera son homme

assez pour se rendre bien compte du canapé

ce ne sera pas la première fois qu'on devra y regarder à deux fois pour savoir si c'est un charnier ou une partouze

mais ça se terminera comme d'habitude

au café du matin

avec une grosse poche d'oubli sous chaque œil