Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2016

William Frederick Cody (1846-1917)

buffalo bill,tuer des indiens,créer une légende

 

faut beaucoup de cadavres pour faire rêver les gosses

puis être organisé puis être entrepreneur

je viens de passer une semaine sur la vie de Buffalo Bill

putain ce que le gars était photogénique

(bute-moi ça mon fils — le premier scalp est pour Custer)

pour la première fois en Europe sous vos applaudissements

ce type-là          impitoyable à cramer votre plaine

et à vous la revendre pour le clou du spectacle

c'est comme ça

tralala

les cheveux s'emmêlent sur la selle et avec la chaleur

le sang coagule deux fois plus vite

c'est une légende mais c'est toute une vie de travailleur honnête

trappeur tueur de bisons gentil organisateur du Pony Express

à l'époque on faisait pas dans la dentelle pour s'imposer

mais un génocide respectueux on fait ça très bien chez nous

suffit d'un peu d'imagination

suffit d'une énorme force de travail

suffit d'honorer correctement les adversaires d'hier

c'est comme ça

tralatsoin

et c'est beau vu des gradins

et ne me dites pas

que ça vous fait chier que le courrier arrive à temps

...........................................................................................................................

 

06/04/2016

Nous, président (extrait #5)

 

 

 

 

 

 

 

...

(Finalement le président n'a pas tellement changé depuis mes 14 ans.

L'écriture et la masturbation sont restés les deux pôles de sa vie.)

...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

05/04/2016

Nous, président (extrait #4)

 

Tout le monde

dans le métro

tout le monde

tout le temps

tout le monde a envie de tuer

tout le monde

mais n'a que la place

de maintenir son livre à hauteur de ses yeux.

 

Tout le monde

j'ai bien dit tout le monde.

Même le président.

 

Ni rancœur ni colère

seulement la pulsation de l'animal plaqué contre quelque chose.

 

Même le président et c'est à noter parce que

le président n'est PAS dans le métro

le président n'est JAMAIS dans le métro

mais c'est le président alors il

fait un effort d'imagination il

TIRE

 

ce n'est pas que le président doute de sa virilité

c'est sa responsabilité pour tous les TIRS enfouis dans tous les ventres de tous les métros de toutes les villes de toutes les stations.

 

Nous nous avons l'Afrique pour ça

l'Afrique et son mystère

assez vaste pour tous les livres tous les yeux tous les tirs de FAMAS.

 

Tout le monde

dans tous les métros.

Tout le monde voudrait tuer tout le monde

et faire — peut-être sans douleur — de cette idée un tambour,

un violon.

 

En attendant, moi,

(et pas le président)

c'est ce que j'attends de ces quelques mots.

 

Je vous remercie.