Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2016

Une rangée de thèses dans une rangée d'étagères dans une rangée de facs

tout a déjà été écrit

                              sur ce truc-là,

            cette demi-

érection dans l'Eurostar le 21 avril 2016 à 16h45

jour du 90è anniversaire de la reine Elizabeth II —

 

tout a déjà été dit         et l'impossibilité

 

la clim glace la sueur inondant mon dos

LA FEMME           mais l'impossibilité

froide comme la clim de l'Eurostar au mois d'avril

flegmatique comme quatre-vingt-dix Anglais à la retraite

mouvante comme quatre-vingt-dix Français gosses & sandwiches

 

...

 

tout a déjà été écrit imprimé relié entassé au fond d'une bibliothèque

sur ce début d'érection-là et mon lyrisme

et si vous ne savez pas lire

ce n'est pas ma faute 

                                   et si

j'avais le moindre doute sur le fait que tout ça

— le 21 avril 2016, ma sueur, la reine et son anniversaire, le train, le shuttle, ma demi-érection —

vous concerne directement

vous

et votre vie et votre mort

et vos terreurs et vos espoirs

alors

merde à la poésie

et dodo

...

 

23/04/2016

Chambre du fils

ce que je veux dire c'est que pareil à la chambre de mon fils

mon cerveau est un capharnaüm où des trucs en plastiques

vivent des vies à peu près informes par petit tas — pas mieux que nous, direz-vous

d'accord mais moi je ne fais pas : COIN

quand on me marche dessus      

je ne fais pas : POUET

quand on me piétine

je ne fais pas : DING-A-DING-A-DING-POUET-POUET

quand on m'honore d'un pied hautain

je ne me plante pas dans le gras sous les orteils et je ne chante pas

À LA CLAIRE FONTAAAAIIIINEEEE...

quand le soir tombe et que tout devient calme soudain

ah des fois c'est fatigant d'être toujours le brouillon de quelqu chose

disait mon vieux papa

et comme lui j'ai tendance à dire

oh mon fils — 3 ans — je suis fier de l'homme que tu es devenu

à peu près tous les soirs d'avril

à l'heure de l'apéro

MORALITÉ passent les générations

le whisky ne change pas

.......................................................................................................................................

07/04/2016

William Frederick Cody (1846-1917)

buffalo bill,tuer des indiens,créer une légende

 

faut beaucoup de cadavres pour faire rêver les gosses

puis être organisé puis être entrepreneur

je viens de passer une semaine sur la vie de Buffalo Bill

putain ce que le gars était photogénique

(bute-moi ça mon fils — le premier scalp est pour Custer)

pour la première fois en Europe sous vos applaudissements

ce type-là          impitoyable à cramer votre plaine

et à vous la revendre pour le clou du spectacle

c'est comme ça

tralala

les cheveux s'emmêlent sur la selle et avec la chaleur

le sang coagule deux fois plus vite

c'est une légende mais c'est toute une vie de travailleur honnête

trappeur tueur de bisons gentil organisateur du Pony Express

à l'époque on faisait pas dans la dentelle pour s'imposer

mais un génocide respectueux on fait ça très bien chez nous

suffit d'un peu d'imagination

suffit d'une énorme force de travail

suffit d'honorer correctement les adversaires d'hier

c'est comme ça

tralatsoin

et c'est beau vu des gradins

et ne me dites pas

que ça vous fait chier que le courrier arrive à temps

...........................................................................................................................