Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2020

Appelle-moi poésie


 

Cher monde cruel, 

 

L'aut'jour j'étais à Nantes et j'ai fait ça avec des gars et des filles qui savent te filmer un gars qui lit.

Ils s'appellent Appelle-moi poésie  et ils officient depuis trois ans.  

Avec un professionnalisme qui me stupéfie sa race pour le monde de la poésie.

D'ailleurs j'ai mis tous les crédits ci-dessous pour que tu te rendes compte.

Je suis bien content de me retrouver les cheveux aux vents avec tout un tas de camarades poètes formidables.

Mon texte s'appelle "Dès le matin avec rien dans le ventre" et il est inédit en recueil. 

Bien le bonjour.

 

APPELLE-MOI POÉSIE - SAISON 3 | GRÉGOIRE DAMON

Une coproduction Vertical Production et Appelle-Moi Poésie

En association avec TéléNantes

En association avec Maelstrom Studios

Avec le soutien du Centre National du cinéma et de l'image animée

Avec le soutien de la Région des Pays de la Loire, en partenariat avec le CNC Avec le soutien de Bordeaux Métropole, de la Ville de Bordeaux, en partenariat avec le CNC

Création et direction artistique : Catel Tomo

Réalisation : Jonathan Rochier

Producteurs : Tiphaine Robion et Catel Tomo

Directeurs de la photographie : Tangi Le Bigot et Paul Hubble

Chefs opérateurs son : Raphaël Bigaud et César Boucheton

Chef monteur image : Yohann Costedoat-Descouzères

Mixeurs : N'Dembo Ziavoula, Jérémy Guyon, Ange Mucchielli

Étalonneurs : Lucie Bruneteau, Brice Auger, Stéphane Cales

Responsables de la post-production : Jacques Parmentier et Sylvain Rio

Stagiaires post-production : Léa Dislaire, Thomas Furlan, Marius Costedoat-Descouzères

Régie et aide à l'organisation : Blandine Bomin, Amandine Ouvrard, Diane Barreau, Jenny Galvao, Louise Mevel et Ashkan Sassanide

ISAN 0000-0004-A88B-0001-S-0000-0000-R © Vertical Production / Appelle-Moi Poésie Tous droits réservés - Dépôt légal 2019

23/01/2020

Nuit de la poésie à Crest le 1er février

 

Crest.jpg

 

Cher monde cruel, 

C'est avec beaucoup de plaisir que je participe dans un peu plus d'une semaine à la Nuit de la poésie à Crest, organisée par Samaël Steiner & co.

Un petit voile de mystère sur la programmation, mais je peux te dire que les camarades :

- Fabien Drouet 

- Natyot

- Laurent Bouisset

- Claire Rengade

en sont, ce qui fait moi compris pas loin d'une parité parfaite, en tenant compte du fait que Claire Rengade compte largement pour deux gonzesses, va l'écouter si tu comprends pas ce que je veux dire.

Et surtout : le pognon récolté servira à alimenter les caisses de grève pour soutenir le mouvement contre le projet de réforme d'enculés de la retraite actuellement dans les tuyaux fétides du gouvernement.

Histoire de te bloquer encore un peu plus ton économie et de te prendre joyeusement en otage pour le bien commun.

Parce qu'à un moment quoi merde à la fin.

Bises

gr

 

 

06:20 Publié dans Gueuloir | Lien permanent | Commentaires (0)

23/12/2019

Jean-Claude requiem XII

1330-1340.gif

Ensuite ?

 

Se passe ce qui se passe comme vu plus haut pour les décès à domicile, le week-end de surcroît : réquisition de ma pote Maeva babysitter d’astreinte, autopsie. Bien.

Mais ensuite.

 

Ensuite il est bon de savoir que les cercueils standard sont conçus pour accueillir des personnes standard : une personne standard quels que soient son sexe sa religion sa culture littéraire sa chance au Quinté + étant conçue pour mesurer jusqu’à un mètre quatre-vingt-dix

et peser cent kilos

maximum.

 

Au-delà de ces dimensions : les pompes funèbres ainsi que votre caisse de prévoyance vousprient de bien vouloir prévenir en avance que vous allez mourir.

Ceci afin de mieux vous servir, de pouvoir procéder à la fabrication d’un cercueil hors cote.

Dans les meilleurs délais.

Merci de votre compréhension.

 

S’en suit une scène assez confuse comportant des mères des sœurs et des mouchoirs en papier. On sait que le ton monte, on sait que le mot curatelleest prononcé, le mot mafiaégalement, lescurateurs faisant ici office de parrains parfaitement organisés pour faire les poches du populo, et ces salauds des pompes funèbres, je ne dis pas ça pour vous ma petite dame mais quand même.

 

Quelques considérations assez obscures sont prononcées :

 

… et la TVA si c’est pas de l’argent pour les francs-maçons, c’est quoi, hein, c’est quoi ???...

 

…salaud de médecin à l’autopsie qu’est-ce que ça lui coûtait de lui retirer sa graisse ???...

 

…demander une contre-autopsie, faire un procès, je vous jure, je vous jure…

 

On sait qu’une sœur tente de calmer une sœur, lui rappelle : ses médicaments, de souffler un grand coup, ça ne sert à rien de gueuler, ce qu’il faut c’est trouver une solution.

 

Et de fait, c’est ça qu’il faut : trouver une solution. Des solutions actuellement existent, en chêne, en pin, en carton même pour les défunt.e.s ayant conscience écologique.

 

Des solutions existent, avec étalement des versements, en plusieurs fois, notez bien au dos des chèques la date à laquelle vous souhaitez qu’ils soient encaissez.

 

Nous ferons un petit effort sur la prise en charge et l’embaumement.

 

Nous ne sommes pas là pour spéculer sur la douleur de ceux qui restent.

 

Non madame.

 

Il y va de l’image de marque de la maison.

 

Solution donc est trouvée, et matériau, et étalement des versements.

 

Bienveillance dans la voix est ouïe, hochement de tête compatissant capté, et même si ça gueule encore un peu d’une façon ou d’une autre réconfort en minidose est apporté.

 

Ensuite, avec infiniment de douceur et de compréhension, avec les circonlocutions d’usages lorsqu’on travail avec et sur le deuil des gens, sur leur tristesse, leurs souvenirs, leurs sentiments contradictoire à vif, on tente de faire comprendre – à la famille, donc, qui d’autre ? – qu’il est probable que même en faisant ce qu’il faut, avec la meilleure volonté du monde, un cercueil hors cote étant un cercueil hors cote, une fosse standard une fosse standard, le défunt – i.e. : son corps, son souvenir, son costume de bois même au moins cher – mathématiquement – car les mathématiques se foutent de notre peine, de nos sentiments contradictoires, des grandes tournants de notre histoire familiale, malgré tout l’attachement que nous portons à votre satisfaction – risque d’occuper un peu plus d’une place dans la fosse à M. Jean-Claude dévolue, dans la fosse qui l’attend depuis quinze ans que le père est mort, c’est-à-dire dans le CAVEAU FAMILIAL.

 

Dont il faut dire au passage qu’il s’agit d’un caveau familial quatre place, alors que, tous comptés, pères, pères sœurs, frère unique et solitaire, on a affaire, on a affaire, sans que le mot affaire soit à prendre ici comme une marque de mesquinerie comptable (reprenez un mouchoir madame, je vous en prie), on a affaire, À UNE FAMILLE DE CINQ PERSONNES.

 

Les solutions ? Elles existent : on sait par exemple que sur les deux sœurs qui participent à cette scène, une a un époux, et qu’il est possible, pourquoi ne pas l’envisager, et sans insister dessus car ce n’est pas parce que la mort est notre métier que nous souhaitons celle de qui que ce soit, qu’il est possible qu’un jour, le plus loin et le moins douloureux possible, cette sœur mariée s’en aille rejoindre – ou attendre – son époux dans une fosse à eux réservés, qui sait.

Ensuite ?

 

Se passe ce qui se passe comme vu plus haut pour les décès à domicile, le week-end de surcroît : réquisition de ma pote Maeva babysitter d’astreinte, autopsie. Bien.

Mais ensuite.

 

Ensuite il est bon de savoir que les cercueils standard sont conçus pour accueillir des personnes standard : une personne standard quels que soient son sexe sa religion sa culture littéraire sa chance au Quinté + étant conçue pour mesurer jusqu’à un mètre quatre-vingt-dix

et peser cent kilos

maximum.

 

Au-delà de ces dimensions : les pompes funèbres ainsi que votre caisse de prévoyance vousprient de bien vouloir prévenir en avance que vous allez mourir.

Ceci afin de mieux vous servir, de pouvoir procéder à la fabrication d’un cercueil hors cote.

Dans les meilleurs délais.

Merci de votre compréhension.

 

S’en suit une scène assez confuse comportant des mères des sœurs et des mouchoirs en papier. On sait que le ton monte, on sait que le mot curatelleest prononcé, le mot mafiaégalement, lescurateurs faisant ici office de parrains parfaitement organisés pour faire les poches du populo, et ces salauds des pompes funèbres, je ne dis pas ça pour vous ma petite dame mais quand même.

 

Quelques considérations assez obscures sont prononcées :

 

… et la TVA si c’est pas de l’argent pour les francs-maçons, c’est quoi, hein, c’est quoi ???...

 

…salaud de médecin à l’autopsie qu’est-ce que ça lui coûtait de lui retirer sa graisse ???...

 

…demander une contre-autopsie, faire un procès, je vous jure, je vous jure…

 

On sait qu’une sœur tente de calmer une sœur, lui rappelle : ses médicaments, de souffler un grand coup, ça ne sert à rien de gueuler, ce qu’il faut c’est trouver une solution.

 

Et de fait, c’est ça qu’il faut : trouver une solution. Des solutions actuellement existent, en chêne, en pin, en carton même pour les défunt.e.s ayant conscience écologique.

 

Des solutions existent, avec étalement des versements, en plusieurs fois, notez bien au dos des chèques la date à laquelle vous souhaitez qu’ils soient encaissez.

 

Nous ferons un petit effort sur la prise en charge et l’embaumement.

 

Nous ne sommes pas là pour spéculer sur la douleur de ceux qui restent.

 

Non madame.

 

Il y va de l’image de marque de la maison.

 

Solution donc est trouvée, et matériau, et étalement des versements.

 

Bienveillance dans la voix est ouïe, hochement de tête compatissant capté, et même si ça gueule encore un peu d’une façon ou d’une autre réconfort en minidose est apporté.

 

Ensuite, avec infiniment de douceur et de compréhension, avec les circonlocutions d’usages lorsqu’on travail avec et sur le deuil des gens, sur leur tristesse, leurs souvenirs, leurs sentiments contradictoire à vif, on tente de faire comprendre – à la famille, donc, qui d’autre ? – qu’il est probable que même en faisant ce qu’il faut, avec la meilleure volonté du monde, un cercueil hors cote étant un cercueil hors cote, une fosse standard une fosse standard, le défunt – i.e. : son corps, son souvenir, son costume de bois même au moins cher – mathématiquement – car les mathématiques se foutent de notre peine, de nos sentiments contradictoires, des grandes tournants de notre histoire familiale, malgré tout l’attachement que nous portons à votre satisfaction – risque d’occuper un peu plus d’une place dans la fosse à M. Jean-Claude dévolue, dans la fosse qui l’attend depuis quinze ans que le père est mort, c’est-à-dire dans le CAVEAU FAMILIAL.

 

Dont il faut dire au passage qu’il s’agit d’un caveau familial quatre place, alors que, tous comptés, pères, pères sœurs, frère unique et solitaire, on a affaire, on a affaire, sans que le mot affaire soit à prendre ici comme une marque de mesquinerie comptable (reprenez un mouchoir madame, je vous en prie), on a affaire, À UNE FAMILLE DE CINQ PERSONNES.

 

Les solutions ? Elles existent : on sait par exemple que sur les deux sœurs qui participent à cette scène, une a un époux, et qu’il est possible, pourquoi ne pas l’envisager, et sans insister dessus car ce n’est pas parce que la mort est notre métier que nous souhaitons celle de qui que ce soit, qu’il est possible qu’un jour, le plus loin et le moins douloureux possible, cette sœur mariée s’en aille rejoindre – ou attendre – son époux dans une fosse à eux réservés, qui sait.

 

Mais. Cependant.

 

Cependant ni cette voix ni ces circonlocutions ni cette bienveillance ni ce hochement de tête ne sont préparés à ce qu’on découvre ensuite, et qui peut se résumer à l’équation suivante :

les curateurs peuvent bien être une mafia

MAIS

parfois les marbriers dans leur genre ne sont pas mal non plus,

NOTAMMENT

lorsqu’ils sont à deux mois de la retraite

ET

qu’ils se permettent à ce titre de saloper le boulot.

 

Mais. Cependant.

 

Cependant ni cette voix ni ces circonlocutions ni cette bienveillance ni ce hochement de tête ne sont préparés à ce qu’on découvre ensuite, et qui peut se résumer à l’équation suivante :

les curateurs peuvent bien être une mafia

MAIS

parfois les marbriers dans leur genre ne sont pas mal non plus,

NOTAMMENT

lorsqu’ils sont à deux mois de la retraite

ET

qu’ils se permettent à ce titre de saloper le boulot.