Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2017

Chaud week-end poétique à Lyon ces 7-8 octobre

lectures de poésie, lyon, salle des rancy, périscope, chloé landriot, patrick maltaverne, laurent bouisset, nicolas vargas, perrin langda, emanuel campo

Rencontre samedi à la salle des Rancy avec Patrice Maltaverne, le boss des éditions le Citron-Gare, avec deux de ses auteurs.

Et pour ceux qui n'en auront pas eu assez, dimanche, Frédérick Houdaer invite pour le Cabaret poétique :

 

lectures de poésie, lyon, salle des rancy, périscope, chloé landriot, patrick maltaverne, laurent bouisset, nicolas vargas, perrin langda, emanuel campo

Nicolas Vargas

 

lectures de poésie, lyon, salle des rancy, périscope, chloé landriot, patrick maltaverne, laurent bouisset, nicolas vargas, perrin langda, emanuel campo

Perrin Langda

 

lectures de poésie, lyon, salle des rancy, périscope, chloé landriot, patrick maltaverne, laurent bouisset, nicolas vargas, perrin langda, emanuel campo

Laurent Bouisset (le type au premier rang , pas le punk au bébé)

 

lectures de poésie, lyon, salle des rancy, périscope, chloé landriot, patrick maltaverne, laurent bouisset, nicolas vargas, perrin langda, emanuel campo

Emanuel Campo

 

au Périscope

13 rue Delandine

69002 Lyon

 

01/10/2017

Un type (pour le mois d'octobre)

lénine, mausolée, place rouge, octobre 17

 

à Alexandre Maximovitch Bouchouev

et à Katia Alexandrovna

Maintenant c'est malin il dort poing droit fermé
main gauche posée sur la cuisse
comme un vieux pépé
et nous ne nous sommes pas arrêtés une minute
mais c'est ça qui nous restera —
et puis
qu'on ne se méfierait pas

nous savons ce qu'il a fait
et nous savons ce qu'il aurait pu faire
s'il avait eu le temps

moi je voudrais seulement me rappeler qu'il aimait le vélo
que rien ne lui faisait plus plaisir qu'une bibliothèque bien garnie
ou qu'une marche en montagne
dans le silence complet —
ce silence
qu'on nous a gentiment collé à la gueule
alors qu'il y a quatre-vingt-un ans qu'il n'y a plus rien à en dire
et qu'en tant que touristes chinois
nous sommes une classe moyenne de plus en plus nombreuse

on peut sourire si on veut vraiment foutre les gardiens en rogne
n'empêche qu'il nous reste beaucoup à faire
pour qu'un jour une classe moyenne de plus en plus nombreuse
vienne nous visiter dans un tombeau maintenu à 16,6° toute l'année

même pendant la guerre patriotique
qu'il n'y avait pas une seule ampoule de chaude dans tout Moscou
ils maintenaient la température
avec des groupes électrogènes
ils crevaient la dalle
ils se faisaient chier sur la gueule des quantités d'obus à remplir toutes leurs stations de métro
mais ils le maintenaient à 16°6

c'était un type qui recherchait une forme d'amour
vraiment particulière
sans doute qu'il a eu quelque chose
mais pas vraiment ce qu'il espérait

alors on se dit quoi
qu'on est bien plats après deux générations
que les héros ont sur les victimes
l'avantage de l'avoir quand même un peu cherché quelque part
si on regarde bien
si on a la bonne distance

mais ça finira en vertige
les statues des poètes tournoient
les hommes politiques aussi
les dates se mélangent
et les épurations
déjà les Azéris qui refont la place s'en vont maintenant sans y prêter attention

alors quoi
rien
on ira bouffer une glace
essayant d'être l'un à l'autre
autre chose
qu'une campagne électorale.

 

29/09/2017

minable (comme faire pleurer trente mille personnes avec des produits chimiques)

 

ne vous inquiétez pas j’ai

renoncé à prendre le pouvoir – c’est

vulgaire, c’est bas, c’est banalement à la mode

c’est donné au premier premier de la classe venu

je ne suis pas le premier premier

je suis vers les huit ou neuvièmes

mais avec une façon de l’être

qui n’appartient qu’à mois – quoi qu’il en soit :

rassurez-vous

rassurez-vous j’ai fait un point sur mes frustrations

j’ai analysé mes carences

fait le tri dans mes décharges hormonales

je ne me fais pas avoir, moi

ni par la déferlante du désir collectif de ma personne

ni par l’absolu de l’absurde qui immanquablement nous conduit à

donc : je ne serai pas votre président

je ne serait pas votre dictateur à vie

je ne serait pas le chef du gouvernement

ni président de l’assemblée nationale

ni rapporteur des commissions

sur le transport ferroviaire

pas que je ne pense pas moi aussi comme tout le monde

détenir la vérité

ultime

(comme on en gicle au bas d’un article sur la

                                          gestation pour autrui)

mais voyez-vous

j’ai passé l’âge de me déguiser

je n’ai aucune envie de serrer les mains de gros beaufs

capables de se faire voler des Rolex

par lots de deux

je n’ai aucune envie de fouiller le fond de vos viandes

au burin, à la matraque, à la vidéoprotection

ça ne m’amuse plus d’être le personnage central

de vos rêves érotiques

ou de vos rêves

de meurtre

allons

serrez les dents

souquez

vous verrez que vous y arriverez tous seuls

mon psychanalyste est d’accord avec moi

il a fait le nécessaire

il a accompli les rites

il a brûlé l’encens

dansé au son du tambour

et aujourd’hui je fuis

(du moins pour le moment)

beaucoup moins qu’auparavant

j’ai ma rustine

j'aime ma rustine et elle tient bon

et je sais que c’est

minable de faire pleurer trente mille personnes

avec du gaz lacrymogène

quand on peut briguer le respect de cinquante personnes

vraiment amoureuses de la littérature –

 

et même si je dois à plafonner à neuf cents euros par moi

même si mes sept épouses mettent leurs coupons de réduction Yves Rocher

sous leur pull même à l’intérieur pour s’isoler du froid

même si mes douze enfants n’auront jamais de poney

je ne prononcerai pas mes vœux à vingt heures pétantes sur les chaînes publiques

c’est trop facile

c’est trop commun

c’est

c’est