Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2014

Stronzi, poesie, Margutte, etc

... et voilà, quant à ce que je te disais hier, cher Monde Cruel...

Ce n'est pas la première fois que des textes de moi passent des frontières en fraude (voir Eric Dejaeger), mais c'est la première fois que j'ai droit à une traduction.

Je suis particulièrement heureux que ces textes soient extraits de ma série Conneries, peut-être la meilleure partie de moi-même.

Un grand merci à toute l'équipe de Margutte, c'est à dire Gabriella Mongardi, Silvia Pio, Lorenzo Barberis, Jolanda Moletta, Attillio Ianniello et Laura Blenginio.

Et une pensée particulière pour Samantha Barendson, qui a assuré la version italienne - beau boulot !

 

09/02/2014

Les affaires reprennent

Cher Monde Cruel.

 

C'est encore moi.

Oui, je t'ai négligé.

Oui, les femmes les enfants les administrations le travail et tout le reste.

Mais ce n'est pas la raison principale.

La raison principale, c'était le Gros Truc en Prose.

Celui qui m'occupe depuis plus d'un an et demi.

Qui m'a fait déserter les bistrots.

Qui m'a pratiqué l'ablation d'un bon nombre d'heures de sommeil.

Qui a dû me foutre ma banquière à dos d'une façon ou d'une autre.

Alors, voilà : cette fois c'est fini. Je te le dis et je le répéterai sous la torture, je ne disséquerai plus une seule virgule avant au moins deux ans.

C'est que merde, d'abord.

Il n'y a pas que ça.

Dans la vie. À ce qu'on dit.

Il y a aussi le Syndicat qui s'internationalise.

Ça, c'est grâce aux bons soins de la grande Samantha

C'est-à-dire que nous voilà en lien avec la "non-revue de littérature et autres" Margutte, en Italie.

Tu peux lire ça en italien, ou en français, comme tu préfères.

Et si mes rapports avec l'Italie et l'italien t'intéressent, tu peux toujours aller voir chez Polder si j'y suis.

Mais il n'y a pas que ça.

C'est que les affaires reprennent, dans le coin.

En mars, par exemple, tu me verras (avec ou sans les camarades du syndic) m'égosiller cinq fois en à peine dix jours.

Le mercredi 19 mars, d'abord, l'Arald organise une série de tables rondes autour du thème "La poésie et aujourd'hui". 

Et ça déclamera sec : Bouchoueva, Bobillot, El Amraoui, Pireyre, Zadek... et mézigues, un peu vers la fin.

Le 22 mars, avec l'Espace Pandora et la Tribut du verbe au Clac'son (Oullins) à partir de 18 heures.

Puis, le 24 et le 25, braquage poétique au Carré 30 (Lyon) avec Bressande & Brérot

Et pour finir, le Syndicat, en son nom pour le coup, ira chanter le printemps au CEDRATS le 31 mars. 

Et après, qu'ils osent dire que les gens veulent plus bosser...

 

 

06/01/2014

Du ciel, des champs

à F. G.


dans mon souvenir du ciel

il y a une nationale qui avance droit devant

un platane tous le dix mètres

des couronnes de motards morts 

des machines agricoles

des monticules bâchés de plastique avec des pneus pour tenir l'ensemble


des bornes kilométriques

des bornes kilométriques

mais pas d'homme


dans mon souvenir du ciel

ce qui comptait c'était de ne pas regarder le ciel

de gris à rose via une fiole d'orangé dans la gueule

un avion et sa déjection solide

une buse punaisée là-haut et des fous en parapente

tout 

et tout ce qui nous chie dessus aussi

sauf le ciel


dans mon souvenir

on ne pouvait même plus écrire CIEL

et je t'en ai voulu pour les nuages

les chiens crevés les hérissons les lapins en bouillie on les voyait bien

mais ceux de là-haut surtout pas

tout ça

c'était du néant

le même signe particulier que moi ça ne s'invente pas


pas de panique on avalerait ça en quelques heures

ce ne serait que l'affaire d'un petit trajet de bagnole

c'est ce que promettait papa

et on y croyait 

avec une ferveur à retenir notre respiration jusqu'à ce qu'on aperçoive les tours et les feux rouges

 

en attendant tout puait l'essence et la bouse de vache

et c'était ça la vie

pourtant je ne veux pas croire que nos parents nous détestaient à ce point


alors oui je t'en ai voulu pour ton ciel et tes nuages

mais après j'ai réfléchi

ce n'était peut-être pas le ciel

c'était peut-être mon torticolis

 

..........................................................................................................................................................................................................................................................................................................


A part ça ?

Fabienne Swiatly évoque Mon Vrai boulot sur le site remue.net, avec en prime une interview de Fred Houdaer sur la naissance de la collection poésie du Pédalo Ivre.