Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2013

Soirée Foutou'art + scène ouverte

foutou-art-2nov20132.jpg

 

Soirée Foutou'art au Pont.

Tous les renseignements ci-dessus.

Je rappelle à toutes fins utiles :

- qu'il y aura scène ouverte de 19 à 23 heures ;

- que les joueurs de triangles sont autant les bienvenus que les proférateurs de textes incendiaires ;

- que c'est quand même mieux à plusieurs ;

- que la Grihète file de magnifiques gueule de bois BIOS.


See you !


25/10/2013

Ma conscience politique - au gueuloir avec Foutou'art !

foutou-art-2nov2013-pontV5.jpg

 

ma conscience politique

dodeline de la tête

je vois bien comment ça commence

elle fait la fière

elle brame

elle montre son pedigree bien dressé sur son râble

et puis

tout à coup elle pisse à côté

je n'ai jamais compris où s'arrêtait l'euphorie et où commençait le j'ai trop bu

tout ce que je sais

c'est que c'est la galère de la ramener en plein hiver

et putain

si l'un de vous a une recette

pour faire partir le vomi des chaussures

 

je suis preneur


Soirée expo-expression à De l'autre côté du pont samedi 2 novembre...

De l'art, de la presse, de la satire, du stade de foot géant et l'occasion d'utiliser pour la bonne cause votre glotte/scie musicale/ukulele...

Scène ouverte à partir de 19 heures.

Entrée gratos.

 

27/09/2013

Pourquoi Oslo Deauville est indispensable à la survie de l'humanité

oslo.jpg

Regardez bien cet individu.

Il s'appelle Oslo Deauville.

Il a une émission de radio. 

Elle s'appelle une étoile dans la gorge.

Il faut l'écouter.

Et pas seulement parce qu'il y a quelques textes de moi dans l'édition du 26/09 - avec une interprétation complètement différente de la mienne, thank you sir.

Moi, ce programme m'a fait comprendre quelque chose sur l'art et les médias. 

Comme je l'ai déjà dit ici, le principe c'est : 1) de la poésie 2) de la musique 3) un point c'est tout.

Pour la bande son, surtout du gros rock, de l'electro, que des trucs qui crissent, qui grattent, qui vous donnent l'impression d'avoir une paille de fer à la base de la colonne vertébrale.

Et pour le choix de textes, des poètes contemporains, vivants, d'aujourd'hui, nés sous Giscard si ce n'est Tonton, qui ont encore de la peau sur les os, des ongles qui pètent, des crises de foie et des galères avec leur(s) boulot(s) alimentaire(s), parfois un numéro de sécurité sociale, toujours un loyer trop élevé.

Quel est l'effet produit ?

L'urgence. 

A côté, les autres émissions littéraires (et il y en a d'excellentes) ont toujours l'air de s'excuser de montrer leur came : on explique, on contextualise, on triture le sens et les silences dans le seul but d'arriver à faire avaler à l'auditeur que la recherche de l'être chez tel poète ou l'enracinement dans la langue chez tel autre garde toute son actualité dans nos temps de crise des valeurs, etc, etc. 

Rien de tel, chez Oslo. Lui, il lit, point. Il lit ce qui lui plaît et passe les musiques qu'il veut. C'est forcément très subjectif. Mais justement : un mec qui fait oeuvre d'un vrai engagement artistique et qui y incorpore nos textes, hein, on va quand même pas se plaindre.