Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2014

Normalement je fais pas de politique mais...

le type s'avance vers moi avec sa bassine

il est en costard comme d'habitude et elle pleine de

bon sens

et le voilà qui sourit le type

avec sa truelle il m'asperge il fait un pas de recul il plisse les yeux

puis il me retaloche il étale soigneusement

il fait bien attention à répartir équitablement

il s'applique à bien faire pénétrer       surtout les yeux les oreilles

et les commissures de la bouche

ça ne doit pas être facile je dis

il sourit

faut ce qu'il faut

et il s'y remet

vous pourriez arrêter je dis

ça ne vous plaît pas 

 

le bon sens est pourtant la chose la mieux partagée au monde 

et il me retaloche

d'accord mais vous savez ce que c'est

le sien ça va celui des autres on trouve toujours qu'il pue un peu

puis pour vous parler franchement je commence à avoir du mal à respirer

le type hoche la tête avec une compassion impeccable

et j'en reçois encore une bonne louche

maintenant j'ai du bon sens jusqu'aux amygdales

je projette quelques gouttes en toussant

mais le type est apparemment un pro de l'esquive

plus je suis recouvert plus ses dents sont blanches

je commence à ressentir pour lui une vive admiration

vous ne croyez pas que ça peut attirer les mouches je demande

ne vous inquiétez pas il dit

ça fait longtemps qu'elles sont là

 

02/09/2014

Hygiène

le hublot de la machine à laver

et la télévision

c'est à peu près la même chose

fiston

sauf que dans la machine à laver

on met des trucs sales

pour qu'ils ressortent propres

par exemple, des vêtement

alors que la télé

c'est l'inverse

par exemple

des cerveaux

 

30/08/2014

Les chansons tristes

il fait chaud

ils nous touillent du bout de leur cuillères

bientôt on finira de se déliter dans l'huile

il n'y a que ce bonheur éphémère des papilles

qui nous sauvera à leurs yeux

qui nous justifiera

qui nous éventera dans l'éternité d'un renvoi

 

et j'aime toujours ton chuintement quand tu cuis

j'aime ta façon naïve

de flirter avec la complaisance

d'y mettre toute ton âme

comme si tes rimes n'étaient pas complètement anachroniques

comme si tes chansons

n'étaient pas destinées à s'effacer des mémoires

dès la sueur épongée