Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2014

Notes préparatoires au prochain conflit ethnique

mon stress :

mon stress est dans mon ventre

mon ventre est dans ma peau

(et parfois il dépasse)

ma peau est dans une certaine conception de la nation et de l'appartenance ethnique

à laquelle je ne souscris pas

l'appartenance ethnique à laquelle je ne souscris pas est

dans ma tête dans ma peau dans mon ventre —

ergo

des idées qui n'appartiennent

               - ni à mon milieu

               - ni à mon époque

               - ni à ma sensibilité politique

vivent leur vie d'idées        leurs soubresauts historiques        leurs déclarations éditorialistes

                               à l'intérieur de moi

(et en premier lieu, dans mon stress)

 

12/10/2014

Jetez-en plus

jetez-en plus

rajoutez-en

remettez-en une couche et encore une couche

je ne sais pas qui a dit il y a trop de tout mais c'est faux

sûrement un mec du genre Paul Celan

moi j'ai trouvé ça sur le blog de mon copain Bernard

la vérité c'est qu'il n'y en a jamais assez

jamais assez de dimanches pluvieux

jamais assez de gosses qui hurlent

jamais assez de livres à lire à s'en éclater la cornée

jamais assez de mouchoirs qui s'agglutinent dans la poche

après avoir épongé jamais assez de balançoires

jamais assez de réunions de famille

jamais assez d'errances entre grandes-tantes à mesurer son propre néant intérieur

jamais assez de sensation de manque

je ne fais pas dans l'ironie

je suis sérieux

il n'y a jamais assez d'envies de meurtre dans les métros arrêtés

et jamais assez de solitude

ni de brûlures d'estomac

alors remettez-en

balancez-m'en pelletée après pelletée dans la gueule

elle est grande ouverte

et elle n'a toujours pas fini de suffoquer

 

25/09/2014

Kate

j'ai horreur du name dropping

alors quelqu'un peut-il m'expliquer

ce que fout Kate Moss dans mon ordinateur

ce qu'elle a à mendier ma conjonctivite

avec son flacon

avec son bâton

comme si elle ne savait pas aussi bien que moi ce que je fous à cette heure-ci devant mon écran

Kate

écoute

dans quelle merde t'es-tu fourrée pour avoir besoin de vendre des aspirateurs

est-ce qu'on t'oblige désormais à payer tes lignes de coke

tu n'es pas encore vieille

tu n'es pas encore flasque

pour peu qu'il reste un photographe sachant manier un logiciel de retouche

ou que la dernière raclure britannique venue soit encore capable de croire que tu es vivante 

et que c'est toi le rock'n'roll

non Kate

du moment qu'elle a un minimum de classe et une tête à chapeaux

rien n'est perdu

le monde est encore prêt à fantasmer sur la décadence

alors ne te frotte pas comme ça

je ne suis pas concerné

ce n'est pas mon métier

et d'abord qu'est-ce que tu sais de moi

je me brûle les yeux depuis ce matin 7 heures

et la poésie

ça contient des germes

des bactéries

tu ne devrais pas venir la renifler de si près

j'ai une femme

des enfants

un univers caricatural peuplé de clodos et de chamanes

qui sont souvent les mêmes personnes

alors retourne d'où tu viens

tu aurais vite fait de te retrouver changée en une pauvre gamine de la banlieue de Londres

vendue à l'étal depuis l'âge de 14 ans

avec des flashes au cul

des seaux à champagne

et l'obligation contractuelle de trouver ça merveilleux