Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2014

Métempsy & toutes ces choses

Pépée.jpg

 

LUI : Bonjour, je voudrais refaire ma carte de bibliothèque, s'il vous plaît.

MOI : Bien sûr, asseyez-vous. Vous auriez une pièce d'identité ?

LUI : Voilà.

MOI : Merci. (Pause) Dites... Vous êtes vraiment né le 7 avril 1968 ?

LUI : Oui, pourquoi ?

MOI : ... ça alors... formidable... ça, j'avais jamais vu...

LUI : Qu'est-ce qu'il y a de si...

MOI : Mais vous ne vous rendez pas compte ! Vous êtes sûrement la réincarnation de la guenon de Léo Ferré !

LUI : Comment ça ?

MOI : Vous connaissez Ferré ?

LUI : Oui.

MOI : Vous aimez ?

LUI : Oui.

MOI : Alors écoutez. (Là je lui chante LA PLUS BELLE CHANSON D'AMOUR JAMAIS ÉCRITE SUR UN CHIMPANZÉ)

LUI (A la fin de la chanson) : Ça alors. J'aurais pas cru...

MOI : Ben oui, ça alors.

LUI : C'est dingue.

MOI : Ben oui, c'est dingue.

 

15/10/2013

Untermensch

 

niezsche.jpg

Cher Friedrich,

C'est aujourd'hui ton 169ème anniversaire. Encore une occasion débile de me retourner sur la vieille adolescence que je me traîne comme un parachute troué.

Ça fait longtemps que je ne t'ai pas lu, à ma grande honte. J'ai dû passer trop de temps à nettoyer des sols et à briquer des casseroles. Mais j'ai de beaux restes.

Ah, le surhomme, celui qui dit oui à la vie, Dionysos, l'ivresse... J'ai toujours aimé ta verve, ton aplomb à être lyrique à une époque où on commence à se rendre compte que ça ne rapporte pas beaucoup d'argent - sauf, parfois, aux marchants d'armes. Oui, Friedrich, peu de conneries ont autant d'amplitude que la tienne. 

Tu as raison, sur le fond. On est en train de s'éteindre. On n'a même plus l'ambition de se survivre soi-même, et ça nous attaque les poumons, le foie, la conscience pour les plus chanceux.

Ça te fait marrer ? Tant mieux pour toi. N'empêche que tu ne m'ôteras pas de l'idée que c'est facile pour toi.

Tu ne sauras jamais à quel point tu as eu de la chance d'être mort en 1900, mon Fred. Tu n'as jamais participé à un génocide. Tu n'as pas eu à fermer les yeux sur deux mille petits génocides banals juste parce que c'est la coutume de glisser QUAND MÊME un bulletin dans une urne. Tu n'as même pas eu à connaître une époque motorisée où on ne trouve même plus d'humanité dans l'étreinte d'un cheval...

Quant à la pauvreté relative que tu as pu connaître vers la fin de ta vie, la maladie, l'effondrement de l'intelligence, quoi de plus simple, pour toi ? Le tragique t'était naturel. Ça faisait des générations qu'on était habitué chez toi à appeler Dieu par son petit nom. Fils de pasteur, petit-fils de parsteur, arrière-arrière petit fils, etc, de pasteurs, pur produit de la pensée religieuse la plus proche du néant.

Même l'outrageux recyclage nazi de ton oeuvre par ta petite soeur n'était pas une vraie menace - au plus, c'était une occasion de survivre et d'enflammer les débats. Et, sans que rien de ce que tu as écrit le justifie, te projeter dans une immensité de plus - celle de l'horreur pour le coup, mais qu'à cela ne tienne. Toi, tant que c'est énorme, ça te convient.

Bien, bien. Il est juste que le vingtième siècle commence au moment où tu te tais définitivement, et où tu laisses les exégètes et les idéologues jouer avec tes ambiguités pour faire exploser les quelques bouts de certitudes qui restaient du monde, à l'époque où il existait - en laissant à peu près comme seul espoir à l'humanité de pouvoir s'oublier un peu le samedi soir à la tequila et à la grosse house.

Oui, sur l'esprit de la danse comme sur le reste, tu avais raison : ça n'a pas de sens. Ça n'a pas de sens, mais ça aime quand même encore se bouger le popotin au Macumba. Et tant pis pour la gueule de bois.

Si tu nous voyais, maintenant, tu serais horrifié. On aime notre confort. On aime avoir un toit sur la tête quand on dors, on aime avoir l'estomac assez calé pour laisser nos cerveaux divaguer un peu après le travail. Accessoirement, on aime ne pas voir crever nos gosses de faim et de froid, et si c'est au prix d'un certain réalisme qu'on arrive à se dégager le temps et la liberté d'esprit de vivre et de lire un peu, et pourquoi pas tes livres, c'est assez bon pour nous.  

Il s'en est passé tellement ces 113 dernières années. On nous a menti sur l'ambition. On nous a tellement donné de l'Übermensch pour nous faire courir, sauter, pencher en avant et tousser trois fois, nous épuiser à ressembler au plus médiocre de nos petits chefs 25 heures par jour, tout ça pour une bagnole et une piscine, qu'on a fini par comprendre : si nous ne prenons pas notre part de bonheur, d'autres le feront et pour un usage discutable.

Parce que des aristocrates, des vrais, dénués de mollesse et de compassion, on en connaît beaucoup, et, crois-moi sur parole, ils ne te ressemblent en rien. D'ailleurs, ceux-là ne lisent pas tes livres.

Voilà ce que je voulais te dire.

Maintenant, je ne renierai jamais la passion avec laquelle je t'ai découvert il y a dix ans. Simplement, si je t'aime toujours, ce n'est pas vraiment pour le fond de ta pensée. C'est parce que, toujours, tu es resté un poète. Et avec un putain de flow encore.

Bisou,

Ton

Dernier homme

02/10/2013

Pour la péter à deux potes

 

 LOVATARAXX.jpg

 

LOVATARAXX 

est le seul groupe 

à faire du punk avec l'orchestre synthétique de Tetris

LOVATARAXX 

c'est les champignons de Super Mario

mis à la portée des caniches

JE

est un LOVATARAXX 

 

LOVATARAXX

c'est la revanche de la perruque après 1789

&

la revanche virile

des voix de fausset

Épicure + Thom Yorke + John & Paul + Johnny Rotten + un chameau = LOVATARAXX

comme disait Galilée : et pourtant elle chante

je n'ai pas d'imagination 

mais j'ai LOVATARAXX

si Berlin existe toujours en novembre prochain c'est que LOVATARAXX l'aura foutue en transe

"Christ est ressuscité ? Ah... Bon... Sinon, y a LOVATARAXX en concert..."

LOVATARAXX a inventé le rock'n'roll en 1954 déguisé en Little Richard. 

Carl Cox + Ennio Morricone + la comtesse de Ségur + Friedrich von Schiller = LOVATARAXX

"LOVATARAXX est le dernier groupe que j'écouterai avant de mourir" (Dieu)

"LOVATARAXX est le dernier groupe que j'écouterai avant d'enfanter une étoile qui danse" (Nietzsche)

"LOVATARAXX est le dernier groupe que j'écouterai avant d'aller pisser" (Grégoire Damon)


Le 5 octobre 2013 à 21 heures, LOVATARAXX sera en concert au bar des Capucins, juste en face de l'église de scientologie lyonnaise. Je ne suis peut-être pas très objectif sur leur compte, mais ça fait le détour. Ils officieront en compagnie du groupe PRESQUE ÇA, et si vous arrivez assez tôt et que vous me voyez avec une guitare autour du coup, prière de ne pas partir en courant.