Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2015

Claude Vercey parle de...

2177999385.jpg

 

... D'Origine, mon avant-dernier bouquin, sur le site de la revue Décharge, ça date déjà de la mi-août et je ne m'en étais même pas aperçu, occupé que j'étais à compter les statues dans les rues de Moscou.

Merci donc à lui, et lisez Décharge ! Pour s'abonner, c'est ici.

Quant à D'Origine, on peut se le procurer .

...

Extrait : " La vérité de cette poésie se joue dans la tension entre le dégueulasse ( le rance, le dégueulis du ciel blême) et la fleur  (les piafs, les symphonies de Mozart) ; et le poète est celui qui, envers et contre tout, dit oui à la / vie / à la fiente, celui qui

à fond de fange
finit quand même
par remonter
de la beauté entre les dents (...)"

 

22/06/2015

C'est beau, c'est con, ça vient de sortir

 

Aime ta connerie.

Porte-la fièrement.

Plonge-toi dans le catalogue des éditions Gros Textes.

Et pendant que t'y es, découvre la poésie contemporaine.

Et l'œuvre du type qui a fait la couverture.

Et causes-en à ton libraire.

Car c'est joli, compact, ça tient dans la poche, ça fait 81 pages et et tout ça pour 7 euros.

Et ça rappe, et ça gratte, et ça décape, du moins on a bossé pour.

Bref, une date dans l'histoire de l'esprit humain.

Particulièrement dans un contexte contemporain.

J'aurais dû le dédier à Alain Finkielkraut, tiens.

 

 

22/03/2015

Simon, Paola, Jacques & moi

allonneau 1 001.jpg

allonneau 2 damon 1 001.jpg

 

Une critique des deux dernières livraisons du Pédalo Ivre, à savoir La Vie est trop vraie de Simon Allonneau et mon D'origine, est à lire dans le dernier numéro de la revue Décharge. Vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir, ou, mieux, vous pouvez commander la revue en cliquant sur le lien ci-dessus.

Merci à l'équipe de Décharge pour ces encouragements, et en particulier à Jacmo, si c'est bien l'auteur de cette chronique.

Quant à un axe Polder/Gros Textes/Le Pédalo ivre, je suis le premier à abonder dans son sens, d'abord parce qu'en tant que lecteur, ces maisons publient à mon sens ce qui se fait de plus vivant en poésie aujourd'hui, ensuite parce que, si le planning de publication du Pédalo avance comme prévu, la tendance devrait encore s'accentuer dans les mois qui viennent.

 

Dans un autre registre, Paola Pigani échauffée par quelques propos malheureux de Jacques Réda sur la poésie et l'oralité, m'adresse un petit clin d'œil sur son blog. 

Cara Paola, je suis bien d'accord avec toi, mais le droit à causer comme un vieux con reste un droit fondamental, pour ceusses qui ont écrit un jour des choses magnifiques comme pour les autres...