Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2017

minable (comme faire pleurer trente mille personnes avec des produits chimiques)

 

ne vous inquiétez pas j’ai

renoncé à prendre le pouvoir – c’est

vulgaire, c’est bas, c’est banalement à la mode

c’est donné au premier premier de la classe venu

je ne suis pas le premier premier

je suis vers les huit ou neuvièmes

mais avec une façon de l’être

qui n’appartient qu’à mois – quoi qu’il en soit :

rassurez-vous

rassurez-vous j’ai fait un point sur mes frustrations

j’ai analysé mes carences

fait le tri dans mes décharges hormonales

je ne me fais pas avoir, moi

ni par la déferlante du désir collectif de ma personne

ni par l’absolu de l’absurde qui immanquablement nous conduit à

donc : je ne serai pas votre président

je ne serait pas votre dictateur à vie

je ne serait pas le chef du gouvernement

ni président de l’assemblée nationale

ni rapporteur des commissions

sur le transport ferroviaire

pas que je ne pense pas moi aussi comme tout le monde

détenir la vérité

ultime

(comme on en gicle au bas d’un article sur la

                                          gestation pour autrui)

mais voyez-vous

j’ai passé l’âge de me déguiser

je n’ai aucune envie de serrer les mains de gros beaufs

capables de se faire voler des Rolex

par lots de deux

je n’ai aucune envie de fouiller le fond de vos viandes

au burin, à la matraque, à la vidéoprotection

ça ne m’amuse plus d’être le personnage central

de vos rêves érotiques

ou de vos rêves

de meurtre

allons

serrez les dents

souquez

vous verrez que vous y arriverez tous seuls

mon psychanalyste est d’accord avec moi

il a fait le nécessaire

il a accompli les rites

il a brûlé l’encens

dansé au son du tambour

et aujourd’hui je fuis

(du moins pour le moment)

beaucoup moins qu’auparavant

j’ai ma rustine

j'aime ma rustine et elle tient bon

et je sais que c’est

minable de faire pleurer trente mille personnes

avec du gaz lacrymogène

quand on peut briguer le respect de cinquante personnes

vraiment amoureuses de la littérature –

 

et même si je dois à plafonner à neuf cents euros par moi

même si mes sept épouses mettent leurs coupons de réduction Yves Rocher

sous leur pull même à l’intérieur pour s’isoler du froid

même si mes douze enfants n’auront jamais de poney

je ne prononcerai pas mes vœux à vingt heures pétantes sur les chaînes publiques

c’est trop facile

c’est trop commun

c’est

c’est

 

24/09/2017

Nos vies cachées (les braves comprendront)

(et)

bien sûr

nous avons

un Myspace

caché

datant

de notre période

glam

rock.

-et-

c'est

ainsi

que nous sommes

vieux.

 

15/01/2017

La postérité, papa

Dans les photos de nous deux

dans les photos de nous deux lui et moi sur son fond d'écran à elle

dans les photos de nous deux chez le Tos ou chez le Chinetoque ou sur le fronton de la plage d'Hendaye je vois

déjà son effort pour se construire des souvenirs de moi

longtemps après la merde

longtemps après la rancœur et l'ulcère et le pardon

se demandant ce qui a bien pu déconner.

Ce n'est pas de ma faute.

C'est une impulsion électrique qui manque

entre les récepteurs synaptique

ou une carence hormonale ou que sais-je encore

ou la saison.

Lui, il en a aucune idée.

Lui, hier ce matin ou Staline ou le précepteur casse-couilles du petit Alexandre, c'est pareil.

Alors demain ?

Alors les boutons et les capotes et le jour où il se rendra compte

que ce qu'on lui a vendu dans le tiède et dans le pelucheux

c'était pas des conneries, mais, enfin

enfin on sait bien - saison des merdes, tout ça...

Alors je fermerai ma gueule, une bonne foi pour toutes.

Je le regarde, je bloque ma respiration.

J'ouvre une page Hautetfort. Mais j'entends sa petite voix -

et là, c'est encore lui qui a raison :

C'est dégoûtant, la postérité, papa.