Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2017

Ce que je foutais tout ce temps

DSC03691.JPG

 

Cher monde cruel,

 

Ça fait un bout de temps qu'on ne s'est pas parlé, et tu as pu légitimement croire que je me la touchais pendant tout ce temps.

Il n'y a rien de plus faux.

Je bossais.

Par exemple, je concoctais le numéro #13 de REALPOETIK, avec Sammy Sapin.

Par exemple aussi, j'étais enterré jusqu'aux oreilles dans la post-production de De Gras et de nerf, recueil de poésie qui devrait sortir dans les mois qui viennent au Pédalo ivre, et de Fast food, roman, sortie prévue au printemps 2018 chez Buchet-Chastel, collection Qui Vive.

Si je commençais à lever la tête, c'était pour comploter un projet classé secret-défense avec le poète-plasticien-vidéaste-commercial-sinologue Jindra Kratochvil. (sur lequel je te demanderai de garder le plus total silence)

Il se peut par ailleurs, cher monde cruel, que tu t'inquiètes de l'interruption de la série Gratos en cours ici-même. Cette série continuera un jour, en pixels ou en papier, ou directement peint au rouge à lèvres bio sur les flancs d'un verrat corse vainqueur du salon de l'agriculture - mais pas tout de suite. Un certain nombre de raisons - politiques, éthiques, professionnelles, météorologiques, astrales - s'y opposent.

Mais je te promets, cher monde cruel. Je te promets de ne plus te laisser aussi longtemps sans nouvelles. Que tu auras droit à mes essais et atermoiements poétiques. À mes listes de mots à caser dans mon prochain western. À mes grandes résolutions saisonnières. Et à un peu de critique littéraire, pourquoi pas.

 

Bise,

 

Greg

 

Écrire un commentaire